Le Centre des congrès fait débat

Camille Allain

— 

L'un des auditoriums devrait être utilisé toute l'année par l'orchestre de Bretagne.
L'un des auditoriums devrait être utilisé toute l'année par l'orchestre de Bretagne. — Labtop / Jean Guervilly

Dans un contexte de crise, le futur centre des congrès de Rennes saura-t-il attirer des grands rassemblements nationaux ? Certains élus d'opposition en doutent. « Il incarne un modèle obsolète. Le chiffre d'affaires du marché des congrès baisse depuis 2008 », dénonçait il y a peu Rémy Lescure, du groupe Alliance Citoyenne. Pour répondre aux inquiétudes, la métropole vient d'annoncer qu'elle remettrait en juin un rapport définissant les missions de l'équipement du couvent des Jacobins. On sait déjà que l'auditorium devrait accueillir l'orchestre de Bretagne, mais aussi des événements syndicaux ou d'entreprises et des colloques scientifiques. « Il y a 400 événements de ce type chaque année à Rennes », argumente la métropole, pour répondre aux critiques.

Inquiétudes à Saint-Malo


« La force de Rennes, c'est son accessibilité depuis Paris. La présence d'un CHU ouvre aussi la porte à de grandes manifestations, car 80 % des grands congrès sont en lien avec le secteur médical », estime Jérôme Sicchi, directeur de développement chez Europa Organisation, société spécialisée dans les congrès. « La collectivité devra aider à la création d'événements pour servir de vitrine », conseille-t-il. C'est aujourd'hui le cas à Saint-Malo, où le palais Grand Large a su trouver son public. « Nous sommes en progression. En 2013 nous devrions accueillir plus de 100 événements », témoigne Xavier Burban, directeur commercial de l'équipement. Dans la cité corsaire, certains s'inquiètent de l'arrivée du centre des congrès rennais. « Ça ne fait pas franchement plaisir, car nous sommes sur les mêmes jauges. Mais nous avons la vue sur mer, ce que Rennes n'aura jamais », souligne Dominique Taillandier, élue en charge du tourisme. A Rennes, par contre, on attend le centre et le tourisme d'affaires qui va avec. « C'est un secteur qui se développe. Nous essaierons de travailler ensemble pour en tirer profit », espère Julien Boucher, responsable événementiel au Stade Rennais. Réponse en 2017.