Refaire le coup de la preuve par neuf

jeremy goujon

— 

Ayant " franchi un cap " aux dires de son coach, Julien Féret sera encore à la baguette au cours d'un " véritable test ".
Ayant " franchi un cap " aux dires de son coach, Julien Féret sera encore à la baguette au cours d'un " véritable test ". — ouest médias / c sport / 20 minutes

«On peut faire dire ce qu'on veut aux statistiques », lança un Frédéric Antonetti aussi amusé qu'agacé, après la victoire face à Toulouse (2-0). Entre le verre à moitié plein (série en cours de quatre matchs sans défaite) et à moitié vide (le SRFC n'avait plus gagné à domicile depuis le 14 décembre), deux lectures contraires s'opposaient. Au vu de l'historique rouge et noir à Lille, il n'y a en revanche aucune ambiguïté. Oui, « il faudra un très très bon Rennes dans tous les compartiments » pour mettre un terme à… 47 années de disette – en championnat –- dans le Nord.

Le jeu en vaut la chandelle, car un succès octroierait neuf longueurs d'avance sur le Losc. Soit un écart identique à celui réalisé dimanche dernier aux dépens du TFC. Un pécule tout sauf négligeable, même si « le championnat reste très serré. A quatorze journées de la fin, beaucoup d'équipes peuvent encore espérer jouer l'Europe. »

L'Europe, et plus précisément la Ligue des Champions, le technicien corse l'a évoquée, pour la première fois de la saison, de manière explicite. « J'ai fait rêver les gens cinq minutes en disant qu'on allait finir 3es. Maintenant, il faut le faire. On est dans la course, et ça fait quatre ans de suite qu'on y est. La première année, on s'est écroulés assez vite. La deuxième, un peu moins vite. L'année dernière, un peu un peu moins vite (sic). Cette année, j'espère qu'on ira au bout. Rien n'est inaccessible. » Se passant finalement de Jonathan Pitroipa, laissé au repos, Antonetti va tenter de résoudre le casse-tête qui perdure dans le secteur défensif.

Avec qui dans l'axe ?


« Je n'ai pas encore trouvé la bonne solution en charnière centrale. On a de très bons joueurs à ce poste-là. Quelle est la meilleure association ? » Comparé au Parisien Sylvain Armand, Hérita Ilunga et sa « relance assez exceptionnelle » pourrait, d'entrée, constituer l'un des deux éléments du binôme. « Je n'ai pas d'exigence. Je prends tout ce qu'il y a. Je suis très content d'avoir fait ces 45 minutes [contre Toulouse]. Ça s'est bien passé derrière avec Kana-Biyik, Théophile-Catherine et Chris Mavinga. Ce sera peut-être différent à Lille [coup d'envoi à 20 h 30], mais bon... » Sait-on jamais, en effet.