La disco soupe débarque

Jérôme Gicquel

— 

Seuls les Parisiens ont pour l'heure goûté aux joies des disco soupes.
Seuls les Parisiens ont pour l'heure goûté aux joies des disco soupes. — JEAN-MICHEL SICOT

Éplucher des légumes n'est plus une corvée et devient même tendance. Après plusieurs sessions à Paris, les disco soupes arrivent en province avec une première date ce samedi à Rennes dans le cadre du festival YY Fest (lire encadré). Le concept : « on récupère les fruits et légumes qui sont invendables sur les marchés ou chez les maraîchers. On se réunit ensuite pour les éplucher en vue de confectionner une soupe ou une salade géante. Le tout au rythme de la musique avec des DJ's et des musiciens », explique Vincent Hejduk, organisateur du festival.

Apporter son économe


Outre l'aspect festif, les disco soupes ont pour objectif de « sensibiliser au gaspillage alimentaire, car les légumes qui sont récupérés étaient voués à finir à la poubelle. » La recette semble en tout cas aiguiser les appétits. « 14 villes nous ont déjà sollicités pour en organiser », précise Caroline Delboy, co-initiatrice de ce mouvement. « On a d'ailleurs édité un guide pour bien organiser sa disco soupe, que l'on peut faire dans n'importe quel lieu », précise-t-elle. La seule contrainte pour les convives : venir équipé d'un économe pour partager dans une ambiance dancefloor les joies de l'épluchage. ■