Rennes à une marche du bonheur

jeremy goujon

— 

«Onze hommes face à leur destin. » Mis devant leurs responsabilités par le Roazhon Celtic Kop, les Rouge et Noir n'avaient pas le choix contre Montpellier, mercredi soir. Une qualification pour la finale de la Coupe de la Ligue, et le SRFC s'offrait la possibilité de dépoussiérer (enfin) son armoire à trophées. Une élimination, et le club replongeait dans une crise semblable à celle qui suivit Quevilly.

Un traumatisme que n'avait pas vécu Romain Alessandrini. A son arrivée en provenance de Clermont, l'ailier avait cependant ressenti le poids de cet échec cuisant au sein du vestiaire. Lequel mit un certain temps avant de s'en remettre, avant la belle série amorcée en championnat. « Il va falloir retrouver l'état d'esprit qu'on a eu pendant les quatre derniers mois, et espérer faire un bon match. On n'a pas le droit à l'erreur, mais c'est un éternel recommencement », philosophait le gaucher.

Une affaire rondement menée


Même avec l'ouverture du score précoce de Féret (1-0, 7e), il n'était effectivement pas question de s'enflammer, malgré la ferveur de 28 000 spectateurs chauffés à blanc. Face au Petit Poucet quevillais, le meneur de jeu avait aussi débloqué la situation rapidement… avec l'issue qu'on connaît. Les similitudes avec la précédente demi-finale de Coupe de France s'arrêtaient heureusement là. Certes, les Héraultais auraient pu égaliser, si Costil ne s'était pas montré impérial devant Cabella, puis Charbonnier (18e). Mais, maîtres de leur sujet, les hommes de Frédéric Antonetti parvenaient à faire le break dès le début de seconde période. Profitant d'un contre favorable sur le gardien Pionnier, Erding mettait fin à sa disette personnelle, et envoyait les siens à Saint-Denis (2-0, 51e). Opposés aux Verts de Saint-Etienne, les Bretons auront alors rendez-vous avec l'histoire. ■

■ sixième finale, la deuxième au stade de france

Le 20 avril, les Rennais disputeront leur 6e finale nationale (si on occulte le Challenge des champions, ancêtre de l'actuel Trophée des champions). Les cinq précédentes eurent trait à la Coupe de France, avec un bilan jusqu'ici négatif de deux succès (1965 et 1971) et trois défaites (1922, 1935 et 2009).