Rennes

Petit à petit, La Courrouze prend vie

Urbanisme Les premiers commerces font leur apparition, à la grande satisfaction des habitants

Au milieu des grues et des immeubles en construction, la Courrouze voit enfin un peu d'animation. Depuis le début du mois de décembre, le millier d'habitants et autant d'employés peuvent profiter d'une boulangerie, premier commerce dans l'histoire du quartier. « Les gens avaient l'air d'attendre ça avec impatience. Ils se sentaient isolés ici », commente Bastian Bernier, responsable du Fournil de la Courrouze, niché au pied de l'imposant siège du Crédit Agricole. Sur les panneaux vantant les projets immobiliers, on vous promet de « vivre en ville et d'habiter dans un parc ». Mais depuis l'arrivée des premiers habitants il y a un an et demi, le quartier sonnait bien creux, avec pour seule animation les allers et venues de la ligne de bus lancée en janvier dernier. « C'est vraiment pratique d'avoir des commerces à côté. Je suis content d'habiter ici, mais j'avoue qu'on est loin de tout », commente Kévin, 31 ans, qui a emménagé à la Courrouze il y a un an. « Ce serait bien que d'autres suivent », ajoute le jeune homme.

« Un pari sur l'avenir


 


»


Qu'il se rassure, ce sera le cas. Un spa a ouvert lundi, une auto-école devrait suivre fin janvier et un bistrot est en projet. Tous espèrent flairer le bon filon. En 2020, l'ancien site militaire et industriel devrait en effet accueillir 10 000 habitants. « C'est un pari sur l'avenir. On sait qu'il va nous falloir du temps avant que ça marche à fond. On va grandir en même temps que le quartier », commente Bastian Bernier. Pour l'instant, l'activité de sa boulangerie est soumise aux horaires des bureaux voisins. « On a du monde le matin, le midi et le soir. Le reste du temps, c'est calme ». Unique façade colorée du quartier, la crèche Enfant'aisy s'est aussi trouvée un peu de compagnie. « Les commerces, ça apporte un peu de vie. On se sentait un peu seuls au milieu des grands bureaux », avoue Marie Pécot, la directrice de la structure. « Avec les enfants, on peut aller chercher le pain à pied. Ça nous fait une petite balade. » ■