Québriac panse ses plaies après le chaos

Jérôme Gicquel

— 

Un spectacle de désolation. Vingt-quatre heures après le passage de la tornade, qui n'a fort heureusement fait aucun blessé, les habitants de Québriac ont découvert dimanche matin l'ampleur des dégâts. Toitures éventrées, arbres couchés sur la chaussée, mobiliers de jardin éparpillés sur les trottoirs... La petite commune, située à 30 km au nord de Rennes, ressemble depuis samedi après-midi à un vaste champ de ruines. Devant le hangar agricole de ses parents réduit en miettes, Daniel reste stupéfait. « Ca fait mal au coeur ! En moins d'une minute, tout était à terre. On va maintenant contacter l'assurance mais je ne pense pas qu'on reconstruira le hangar », indique cet habitant. A quelques mètres de là, la solidarité s'organise dans le lotissement du Clos de la Rabine, le plus durement frappé par la catastrophe. Les bras chargés de bout de bois et de ferraille, Philippe se dirige vers la benne mise à la disposition par la mairie pour ramasser les débris. « J'ai de la chance car ma maison n'a pas été trop touchée. Je viens voir ceux qui ont le plus de dégâts pour leur filer un coup de main », indique-t-il.

Trois gîtes à disposition

Armand Châteaugiron, maire de Québriac, arpente à pied les rues pour prendre des nouvelles et rassurer ses concitoyens. « Les gens sont abasourdis, surtout les plus âgés qui ont été un peu traumatisés par la violence de la tornade. Mais les gens sont solidaires entre eux, c'est formidable. » L'élu doit également s'activer pour trouver des solutions pour les personnes dont les habitations ont été le plus durement endommagées. « Huit familles ont été relogées chez leurs proches. Dans le courant de semaine, on mettra à leur disposition trois gîtes que l'on a réquisitionné sur la commune. » Une permanence sera également ouverte ce lundi en mairie afin que les habitants remplissent un dossier de déclaration de sinistre. « On va voir quelles sont les démarches pour faire classer la commune en catastrophe naturelle. On va tout mettre en oeuvre pour accélérer le processus d'indemnisation des habitants », poursuit le maire. ■