Rennes, terre fertile pour l'animation

Camille Allain

— 

Installé depuis deux ans à Bruz, le festival national du film d'animation, qui débute ce mercredi, met chaque année en lumière la bonne santé des studios rennais. « Pour nous, c'est une bonne occasion d'être visible. Ca nous permet notamment d'attirer des talents dans la région. Certains réalisateurs viennent maintenant s'installer à Rennes pour développer leurs projets », explique Jean-François Le Corre, patron des studios Vivement Lundi. Pour sa 3e édition dans la métropole, le festival projettera huit produits locaux, faisant de Rennes une place importante du cinéma d'animation. « Ça pourrait devenir un lieu de création formidable, comme Angoulême ou la région Rhône-Alpes », avance même Bernard Boulad, délégué à l'Afca, association qui organise le festival. Mais attention, la réussite rennaise ne s'est pas faite du jour au lendemain. « C'est un travail de plus de 30 ans. Avant les années 80, il n'y avait rien ici », explique Jean-Pierre Lemouland, patron de JPL Films et pionnier du cinéma d'animation à Rennes.

Bientôt les Césars ?
Tout n'a pas été facile pour installer le dessin-animé dans la région bretonne. « Nous sommes plutôt sur une terre de documentaires. On a rarement pu proposer nos films à la télévision locale. Je pense que ça nous a rendus meilleurs, car il a directement fallu s'attaquer au marché national », analyse Jean-François Le Corre. Mais aujourd'hui, la reconnaissance est là. Vivement Lundi attend le résultat des Césars, où le film Oh Willy qu'il coproduit est dans la short-list pour deux prix. Et JPL Films a décroché la production de Louise en hiver, premier long-métrage d'animation qui sera réalisé en Bretagne. Preuve que Rennes se fait une place parmi les grands de l'animation. Le festival bruzois aimerait même y implanter ses états généraux, futur rendez-vous national de la profession.