RENNES - Les syndicats ont un plan B

— 

Réunis lors d'un comité central d'entreprise extraordinaire à Paris, les syndicats de PSA ont rejeté mardi le plan de restructuration envisagé par le constructeur automobile, qui prévoit la suppression de 1 400 postes sur le site de la Janais. Pour maintenir tous les sites de PSA, la CGT préconise notamment « l'apport de 1,5 milliard d'euros au capital de PSA de la famille Peugeot. » La CFDT opte quant à elle pour le passage aux 32 heures de travail par semaine sur le sites de Rennes et de Poissy afin de sauver l'emploi.J. G.