Les compteurs Linky dans le viseur de l'UFC QUE CHOISIR

Camille Allain

— 

Les compteurs Linky doivent être généralisés d'ici fin 2014.
Les compteurs Linky doivent être généralisés d'ici fin 2014. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Souvent critiqué au niveau national, le compteur Linky proposé par ERDF (Électricité réseau distribution France) ne convainc pas non plus les associations de consommateurs d'Ille-et-Vilaine. Les antennes locales de l'UFC Que Choisir et de la CLCV (Consommation logement et cadre de vie) ont ainsi écrit à tous les maires du département. « Nous voulions leur faire part de nos réserves sur les compteurs Linky. Contrairement à ce que l'on pense, les réseaux basse-tension et les compteurs n'appartiennent ni à EDF ni à ERDF, mais aux communes, via des régies ou syndicats », justifie Yves Geffroy, membre de l'UFC Que Choisir de Rennes.

Mieux gérer sa consommation
Le compteur Linky, dit « intelligent » ou « communiquant », devrait être généralisé à partir de la fin 2014, selon la ministre de l'Énergie Delphine Batho. Il doit permettre aux usagers de consulter leur consommation énergétique en temps réel, et donc de réaliser des économies. « Nous ne sommes pas contre, car nous savons que c'est un outil d'avenir. Mais il doit d'abord profiter au consommateur. Or qui va le payer ? Il manque aussi des fonctionnalités, comme la consommation cumulée sur une semaine », explique Yves Geffroy.

Des communes votent contre
De son côté, ERDF est suspendue aux directives du gouvernement. « C'est normal qu'il y ait des attentes qui s'expriment. L'outil est performant. Concernant le coût, nous avons proposé plusieurs possibilités de financement. Ce sera débattu dans les semaines à venir », répond Dominique Duda, directeur territorial d'ERDF. A ce jour, une dizaine de communes du département, dont Saint-Erblon et La Chapelle-Thouarault ont voté contre la généralisation des compteurs, et demandé un réexamen du cahier des charges. « S'il y a suffisamment de communes à se prononcer contre, le gouvernement devra réfléchir », espère Yves Geffroy.