Une famille pour les personnes âgées

Jérôme Gicquel

— 

Le vieillissement de la population n'est pas sans poser quelques problèmes pour les collectivités. A commencer par « le manque de places dans les structures » qui devient « de plus en plus difficile à gérer », selon Marie-Eve Depasse, chargée de mission au conseil général d'Ille-et-Vilaine. Le département cherche donc à développer des alternatives à la maison de retraite et mise pour cela sur l'accueil familial. Un dispositif déjà effectif chez une cinquantaine de familles, dont celle de Marie-France Gueroult. Depuis 2009, elle accueille à temps plein à son domicile de la Bouëxière Michèle, 64 ans, moyennant rémunération. « Elle fait sa petite vie ici. Elle a sa chambre et son autonomie. Je l'aide juste pour sa toilette », explique Marie-France. « Elle fait partie intégrante de la famille, c'est comme si on l'avait adoptée. »

Un dispositif méconnu
Pour Marie-Eve Depasse, cet accueil est « une bonne réponse pour des personnes qui ne sont pas faites pour les structures collectives. » Problème, le dispositif, pourtant créé par une loi de 1989, est encore méconnu. « Je n'en avais jamais entendu parler avant 2009, alors que je travaillais pourtant dans une maison de retraite », indique Marie-France. Pour pallier à ce manque d'information, des réunions sont organisées jusqu'à la mi-décembre dans le département*. « On veut notamment développer ce dispositif en ville, car nous n'avons aucune famille d'accueil à Rennes et dans sa périphérie », conclut Marie-Eve Depasse.

La dépendance, un enjeu de taille

Selon une étude de l'Insee parue mardi, le nombre de personnes âgées dépendantes devrait croître de 40 % d'ici à 2030 en Bretagne. Si ces personnes décidaient d'être maintenues à domicile, cela devrait nécessiter la création de 9 200 emplois à temps plein dans la région, dont un tiers de personnels soignants (infirmiers, aides-soignants…).