Le cinéma à fleur de peau

Camille Allain

— 

Les émotions seront captées au ciné.
Les émotions seront captées au ciné. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Quoi de mieux devant un film que de sentir nos émotions nous trahir ? Les poils se hérissent, l'estomac se noue et les larmes montent. Mais quel genre de scène, de musique, d'image peut bien nous procurer ces émotions ? C'est ce que tente d'analyser l'antenne cessonnaise de Technicolor au festival du film britannique de Dinard (lire encadré). Grâce à un capteur fixé au bras des spectateurs, les ingénieurs enregistrent la tension de la peau. « Nous mesurons la conductivité électrique et la distorsion de la peau, car à chaque émotion, l'épiderme se tend ou se détend », détaille Franck Lamouroux, du département recherche et innovation de Technicolor.

Déjà testé à Cesson
A Dinard, trente spectateurs volontaires assisteront aux séances de Now is good et I Anna avec un bracelet au poignet. « Il existe déjà des techniques avec des caméras ou des capteurs. On préfère utiliser un système plus discret pour éviter qu'il ne soit trop intrusif. On espère avoir une réaction plus naturelle ainsi », ajoute Franck Lamouroux. C'est la seconde fois que l'expérience est menée, après un premier test effectué à Cesson avant l'été. 84 personnes avaient alors participé. « Les résultats sont intéressants. On voit par exemple que l'émotion est plus intense sur un film dramatique que lors d'une comédie », ajoute l'ingénieur.

Des réalisateurs intéressés
Technicolor espère ainsi « qualifier le contenu et voir ce qui suscite l'émotion. Mais on ne sait pas dire aujourd'hui si c'est un sentiment de peur ou de tristesse. On ne s'attaque pas au corps humain ». Le monde du cinéma pourrait s'inspirer des résultats pour adapter ses films aux émotions des cinéphiles. « On en a discuté avec des producteurs et ils sont clairement intéressés », avoue Franck Lamouroux.

Dinard en pratique

Débuté mardi, le festival du cinéma britannique de Dinard se poursuit jusqu'à dimanche. Présidé par Patrick Bruel, le jury devra faire son choix parmi six films. Le festival programme une vingtaine d'avant-premières dont le nouveau Astérix et Obélix.