Les Jacobins dévoilent leurs dessous

Camille Allain

— 

Menées en plein cœur de Rennes, les fouilles du couvent des Jacobins s'apprêtent à dévoiler leurs plus beaux atouts au public ce week-end, à l'occasion des journées du Patrimoine. « C'est un chantier exceptionnel, le plus grand de France en milieu urbain », résume Gaëtan Le Cloirec, responsable des fouilles à l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives). Creusé sur plus de deux mètres de profondeur, le site offre aux visiteurs un voyage dans le temps. « Les traces les plus anciennes remontent au Ier siècle. Nous sommes ici au cœur de la ville antique, dans un îlot urbain qui abritait probablement une galerie commerçante et un marché au IIIe siècle », détaille le scientifique.

Des découvertes rares
Les curieux pourront notamment observer les nombreux ossements mis au jour par les chercheurs. « Ils sont bien conservés, ce qui est rare en Bretagne en raison de l'acidité des sols », explique Rozenn Colleter, anthropologue à l'Inrap. Les dessous du couvent des Jacobins ont d'ailleurs réservé quelques surprises aux archéologues. « Nous avons retrouvé des corps dans des sarcophages de plomb. C'est rarissime car la plupart ont été fondus pendant la révolution pour mouler des munitions », ajoute Rozenn Colleter.

Enterrées avec un cœur
L'anthropologue espère ainsi en savoir plus sur les tenues vestimentaires ou les conditions d'hygiène dans lesquelles vivaient nos ancêtres au début du XVIIe siècle. « Il reste même des cheveux sur certains corps ». Plus macabre encore, les scientifiques ont retrouvé des urnes accolées aux corps de femmes. « On pense qu'elles étaient enterrées avec le coeur de leur mari. Nous menons des tests ADN pour en être sûrs. » Tout au long du week-end, les visites seront menées par les archéologues travaillant sur le chantier. La précédente porte ouverte avait attiré 8 000 personnes en deux jours.