Coronavirus en Corse : Le président nationaliste Gilles Simeoni craint une situation « cataclysmique » pour le tourisme

ECONOMIE Le président nationaliste du conseil exécutif de Corse s’alarme des conséquences du coronavirus sur l’économie corse, qui repose en grande partie sur le tourisme

20 Minutes avec AFP

— 

Gilles Simeoni est président de la Corse
Gilles Simeoni est président de la Corse — BLONDET-POOL/SIPA

« Le secteur du tourisme en  Corse est déjà dans une situation gravissime, et celle-ci risque de devenir cataclysmique » en raison de la crise sanitaire, s’est alarmé mercredi le président nationaliste du conseil exécutif de l'île ​Gilles Simeoni.

Le tourisme « représente 30 % » du produit intérieur brut de l’île, « bien plus que la moyenne française », selon Gilles Simeoni, qui craint « un trou béant dans l’économie corse avec des conséquences au plan social ».

Une importante aide de l’Etat

Le dirigeant insulaire s’est entretenu pendant près de près de deux heures avec le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères chargé de ces dossiers, Jean-Baptiste Lemoyne, qui redoute un « choc économique » et promet « un soutien et un appui » au secteur du tourisme.

Jean-Baptiste Lemoyne a précisé que « 49 millions (d’euros) de prêts garantis par l’État ont déjà été validés pour 380 entreprises touristiques insulaires », et que 12 millions d’euros supplémentaires seraient débloqués pour une centaine d’autres entreprises dans les prochains jours.

Compte tenu de la spécificité du tissu économique corse, un nouveau rendez-vous est programmé entre les deux responsables fin mai : « Nous verrons où nous en serons pour essayer de construire, autant que possible une offre touristique pour la saison qui arrive, même si savons déjà que cela sera extrêmement difficile », a expliqué Gilles Simeoni.