Scruter le marché pour choisir le bon professionnel

©2006 20 minutes

— 

Tout amateur de style peut se prétendre conseiller en image. Si la plupart des « relookers » possèdent souvent une expérience dans la mode ou l'esthétique, cela ne garantit pas des compétences en modelage de l'apparence. L'aventure n'est pas sans risques. Au mieux vous perdez une coquette somme, au pire vous ne voulez plus vous voir dans le miroir, et votre changement de style vous mine le moral. Le secret d'une bonne prestation réside dans un bilan morphopsychologique sérieux. Ecartez directement tout service qui l'ignore. Demandez aussi à voir le book du professionnel, avec des exemples de relooking. Ce dernier « ne doit en aucun cas s'apparenter à une manipulation, ou à du calquage de clichés plus ou moins dans le coup », prévient une spécialiste. Les promesses de transformation spectaculaire ne sont « généralement pas bon signe ».

S.N.

C'est avec Josy Mermet que le relooking est apparu à Paris. La conseillère, qui a acquis une certaine renommée, a vu sa technique copiée avec plus ou moins de sérieux. Déposée et protégée par un brevet, sa méthode – la chromopsychologie – repose sur la morphopsychologie, dont la Société française de morphopsychologie expose les principes sur son site web (www.morphopsy.org). Au-delà du relooking, le sociologue David Le Breton a écrit plusieurs ouvrages sur les enjeux de l'apparence.