Présidentielle 2017: Pour Martine Aubry, «pas évident» de soutenir Manuel Valls

ELECTION « Je serai présente pour soutenir un candidat qui représente le cœur des valeurs du Parti socialiste », a déclaré la maire de Lille…

20 Minutes avec AFP

— 

Martine Aubry, le 19 août 2016
Martine Aubry, le 19 août 2016 — O. Aballain / 20 Minutes

Manuel Valls n’avait pas encore officiellement annoncé sa candidature à la primaire de gauche que déjà, certains émettaient des réserves.  La maire de Lille, Martine Aubry (PS), a déclaré ce lundi qu’il n’était « pas évident » qu’elle soutienne la candidature de Manuel Valls en vue de l’élection présidentielle de 2017.

>> A lire aussi : Comment le « loyal » Premier ministre est devenu « Iznogoud »

« Je serai présente pour soutenir un candidat qui représente le cœur des valeurs du Parti socialiste », a déclaré la maire de Lille devant la presse. « C’est Manuel Valls ? » lui a-t-on demandé. « Ce n’est pas évident, on va voir », a-t-elle répondu avant de s’éclipser.

« Il faut effectivement un candidat de gauche »

« Le problème est de savoir comment on est unis, non pas autour d’un homme providentiel ou d’une femme providentielle, mais autour de nos valeurs », a souligné l’ex-première secrétaire du PS, qui accueillait dans sa ville le ministre des Affaires étrangères et du Développement international Jean-Marc Ayrault.

Pour Martine Aubry, il faut soutenir « des gens qui ont vraiment envie de changer, qui croient encore au progrès, progrès économique, social, demain écologique, qui croient aussi à la place de la France dans le monde (…) Il faut effectivement un candidat de gauche qui permette cela ». Pour la maire de Lille, il ne s’agit pas non plus de se rallier à « des gens qui sont passés ailleurs », allusion à Emmanuel Macron, « ou des gens qui n’ont pas envie de gouverner », une façon sans doute de désigner Jean-Luc Mélenchon.

>> A lire aussi : Les sept candidats déclarés à la primaire de gauche, celui qui y pense et ceux qui passeront outre

Interrogée sur une éventuelle candidature, Martine Aubry, ex-numéro deux du gouvernement Jospin, a rappelé qu’elle avait « déjà répondu depuis six mois » en disant qu’elle ne se présenterait pas. « Je n’ai pas changé d’avis, pas moi, mais je serai présente pour soutenir un candidat qui représente le cœur des valeurs du Parti socialiste. »