Présidence de l'UMP: Bruno Le Maire dénonce une procédure «pas transparente»

Au Touquet, Anne-Laëtitia Béraud

— 

Difficile d’exister dans la campagne pour la présidence de l’UMP quand on ne s’appelle pas Jean-François Copé ou François Fillon. Le candidat Bruno Le Maire évoque ce samedi, au «campus UMP» au Touquet, une quête des parrainages «très difficile». Et dénonce : «la procédure n’est pas transparente, je n’ai pas accès aux fichiers, il n’y a pas d’équité entre les candidats». Mais il assure qu’il se battra « jusqu’au bout», assurant disposer de 3.275 parrainages d’adhérents sur les 8.000 nécessaires.

Quant à rallier l’un ou l’autre «grand» candidat, la réponse de l’ancien ministre de l’Agriculture est lapidaire: «Il n’est pas question d’entamer des négociations [avec les autres candidats NDLR] qui donneraient le sentiment que je ne défends pas des idées mais que j’essayerai de faire des petites magouilles pour exister. Il n’en est pas question.»