Le socialiste Jean-Pierre Mignard demande la proclamation de l'état d'urgence à Marseille

E.O.
— 

La sénatrice socialiste Samia Ghali a ouvert le débat en appelant à un recours à l’armée à Marseille pour lutter contre l’insécurité. Ce jeudi l’avocat Jean-Pierre Mignard, membre du conseil national du PS, propose lui de «proclamer l’état d’urgence» dans une partie de la ville.

Dans un communiqué, le candidat malheureux aux dernières législatives dans la cité phocéenne estime que «la police peut  agir et la proclamation de l’état d’urgence sur une aire délimitée de la ville devrait suffire pour donner des pouvoirs plus étendus à la police si le besoin s’en fait ressentir».

«Faire la démonstration de masse que nous refusons la violence»

Quatorze personnes sont mortes dans des règlements de compte à Marseille depuis le début de l'année. Dernier en date: un jeune homme de 25 ans abattu d'une rafale de kalachnikov dans les quartiers nord, mercredi soir.

Jean-Pierre Mignard juge que, par sa proposition, Samia Ghali a «traduit l’immense désarroi d’une élue justement alarmée de la multiplication d’assassinats liés au trafic de la drogue dans certains quartiers». Selon lui, il faut «faire la démonstration de masse que nous refusons la violence». «A quand une grande marche cote à cote de tous les quartiers, de tous les partis de la République, des associations, des Communautés spirituelles, contre la violence ?», demande-t-il encore.

Manuel Valls a aussi réagi aux propos de la sénatrice ce jeudi midi en affirmant qu'il était «hors de question que l’armée puisse répondre à ces drames et à ces crimes». «Il n’y a pas d’ennemi intérieur», a souligné Manuel Valls, qui juge qu'«il faut une action profonde de la police et de la justice, qui vont de paire».