EELV: On ne peut pas être au gouvernement et dans l'opposition en même temps, selon Cohn Bendit

© 2012 AFP

— 

L'eurodéputé écologiste Daniel Cohn Bendit a affirmé, mercredi sur Canal +, qu'on ne pouvait "pas être au gouvernement et à l'opposition en même temps" et que si EELV n'était "plus d'accord avec le gouvernement", il serait "normal" que les ministres écologistes en sortent.
L'eurodéputé écologiste Daniel Cohn Bendit a affirmé, mercredi sur Canal +, qu'on ne pouvait "pas être au gouvernement et à l'opposition en même temps" et que si EELV n'était "plus d'accord avec le gouvernement", il serait "normal" que les ministres écologistes en sortent. — Fred Dufour afp.com

L'eurodéputé écologiste Daniel Cohn Bendit a affirmé, ce mercredi sur Canal +, qu'on ne pouvait «pas être au gouvernement et à l'opposition en même temps» et que si EELV n'était «plus d'accord avec le gouvernement», il serait «normal» que les ministres écologistes en sortent.

Interrogé sur la formule utilisée par la ministre EELV du Logement Cécile Duflot la semaine dernière, selon laquelle elle portait désormais «une muselière» lui permettant «un petit peu de l'ouvrir», Daniel Cohn Bendit a répondu que c'était «bien» qu'Europe Ecologie-Les Verts ait décidé «d'aller au gouvernement». EELV «a choisi avec raison de faire un certain travail et donc elle est dans un gouvernement. A partir du moment où elle (EELV) n'est plus d'accord avec le gouvernement, c'est tout aussi possible et normal qu'on sorte du gouvernement», a-t-il dit.

«Ce qui s'est passé là, c'est quelque chose qui a été mal géré»

«On ne peut pas être au gouvernement et à l'opposition en même temps», a-t-il ajouté, reconnaissant que la remarque de Cécile Duflot, ce n'était «pas très malin». «Elle a le droit d'expliquer la politique du gouvernement comme elle le veut», a-t-il pour autant estimé. Par ailleurs, sur les «réformes à faire» pour l'Europe, l'eurodéputé a estimé qu'«on attend(ait) le gouvernement au tournant». Enfin, interrogé sur les démantèlements de camps de Roms pendant l'été, Daniel Cohn Bendit a répondu que c'était «mal fait». «Ce qui s'est passé là, c'est quelque chose qui a été mal géré».

«C'est pas comme Claude Guéant (ancien ministre de l'Intérieur) parce que (Manuel) Valls n'est pas Guéant. Mais ça part de la même logique», a-t-il ajouté. «Il faut proposer des alternatives. Un camp de Roms dans des conditions sanitaires impossibles, c'est pas bien. Un camp de Roms qu'on démantèle sans qu'on donne des alternatives aux gens, c'est pas bien», a-t-il dit.