Nucléaire: Pour Delphine Batho, la politique de la France est «claire»

© 2012 AFP

— 

La politique de la France sur le nucléaire est "claire, cohérente et solide", a affirmé la ministre de l'Ecologie Delphine Batho mercredi sur RMC Info/BFM TV, regrettant la "polémique inutile" suscitée par les propos d'Arnaud Montebourg (Redressement productif).
La politique de la France sur le nucléaire est "claire, cohérente et solide", a affirmé la ministre de l'Ecologie Delphine Batho mercredi sur RMC Info/BFM TV, regrettant la "polémique inutile" suscitée par les propos d'Arnaud Montebourg (Redressement productif). — Bertrand Langlois afp.com

La politique de la France sur le nucléaire est «claire, cohérente et solide», a affirmé la ministre de l'Ecologie Delphine Batho ce mercredi sur RMC Info/BFM TV, regrettant la «polémique inutile» suscitée par les propos d'Arnaud Montebourg (Redressement productif).

«La politique de la France en matière d'énergie est claire, cohérente, solide. C'est la complémentarité entre les énergies renouvelables que nous voulons massivement développer et le nucléaire dont nous continuerons d'avoir durablement besoin», a-t-elle déclaré.

«Une filière industrielle qui a un avenir»

La ministre a assuré que l'Etat allait continuer à investir dans le nucléaire, «ne serait-ce que dans le démantèlement». «C'est une filière industrielle qui a un avenir, les énergies d'avenir ce sont les énergies renouvelables», a-t-elle ajouté, regrettant une «polémique inutile».

Sur le gaz de schiste, Delphine Batho a réaffirmé que la «fracturation hydraulique demeure et demeurera interdite», rappelant que c'était aujourd'hui «la seule technique» d'exploitation existante. Si une autre technique était mise au point, «on aurait un débat», a-t-elle précisé.

La ministre de l'Ecologie s'est en outre déclarée favorable au projet de nouvel aéroport à Nantes, sujet de discorde au sein de la majorité, estimant qu'il s'agit d'une «infrastructure dont nous aurons besoin». Interrogée sur les divergences entre socialistes et écologistes, Delphine Batho a admis qu'il y avait des «différences» mais a estimé que c'était «une richesse». «Je ne crois pas que ce soit un problème. Je pense que la diversité de la majorité est nécessaire dans la mesure où on veille à la cohérence d'ensemble de l'action gouvernementale», a-t-elle ajouté.