Copé, candidat à la présidence de l'UMP, veut "une vague bleue" aux municipales de 2014

© 2012 AFP

— 

Jean-François Copé, qui doit officialiser dimanche sa candidature à la présidence de l'UMP dont il est le secrétaire général, a dit mardi vouloir "une vague bleue" aux prochaines élections municipales.
Jean-François Copé, qui doit officialiser dimanche sa candidature à la présidence de l'UMP dont il est le secrétaire général, a dit mardi vouloir "une vague bleue" aux prochaines élections municipales. — Philippe Marini afp.com

Jean-François Copé, qui doit officialiser dimanche sa candidature à la présidence de l'UMP dont il est le secrétaire général, a dit mardi vouloir "une vague bleue" aux prochaines élections municipales.

L'étape majeure, a expliqué le député-maire de Meaux sur BFMTV-RMC, "c'est le rendez-vous de 2014, ce sont les élections locales. Ce que je souhaite, c'est qu'on fasse une vague bleue qui réponde à la vague rose que vient de subir la France".

Lundi, l'ancien ministre Bruno Le Maire, candidat à la présidence du parti d'opposition, avait assuré: "Il n'y aura pas de victoire en 2017 si nous ne gagnons pas largement en 2014 les élections municipales".

Jean-François Copé a également évoqué mardi son "lien très singulier, très personnel" avec l'ex-président Nicolas Sarkozy. Sur BFMTV-RMC, le député-maire de Meaux a dit n'être "pas du tout surpris, au contraire", du sondage Ifop-JDD selon lequel 53% des sympathisants de son parti veulent que Nicolas Sarkozy soit candidat de la droite en 2017.

"Il y a un attachement très fort de beaucoup d'entre nous, c'est normal", a dit M. Copé.

L'a-t-il eu au téléphone ? "On se parle très souvent".

"Les 18 mois de cette précampagne et cette campagne présidentielle ont créé entre nous un lien très singulier, très personnel", a poursuivi le numéro un de l'UMP.

S'en sent-il proche ? "Oui, mais bien sûr, ne serait-ce que parce que j'ai partagé avec lui tous ses combats et que j'ai vu chez lui, à la place qui était la mienne et peut-être plus que d'autres, une solidité qui a été pour moi, qui suis son cadet, une leçon de vie".

M. Copé a au passage égratigné des "livres très durs" pour Nicolas Sarkozy. Allusion claire à l'ex-ministre Roselyne Bachelot, une proche de François Fillon, et son ouvrage "A feu et à sang". L'ancien ministre du Budget s'en est dit "troublé". "On peut de temps en temps avoir des divergences, mais dans les moments essentiels, il faut être rassemblés", a exhorté M. Copé.