Présidence de l'UMP: Jean-François Copé veut un débat public avec François Fillon

POLITIQUE L'actuel secrétaire général du parti devrait annoncer officiellement sa candidature dimanche...

E.O., avec Reuters

— 

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, le 2 juillet 2012 à Fontenay-sur-Eure.
Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, le 2 juillet 2012 à Fontenay-sur-Eure. — J.-F. MONIER / AFP

Jean-François Copé n’est pas encore – officiellement - candidat mais il est déjà prêt à débattre. L’actuel secrétaire général de l’UMP qui devrait se déclarer dimanche candidat à la présidence du parti, a déclaré ce mardi matin souhaiter un débat public avec celui qui s'annonce comme son principal rival, François Fillon.

«Oui, moi je suis très favorable de manière générale à ce qu'il y ait des débats publics», a répondu ce mardi sur BFMTV le député-maire de Meaux à la question de savoir s'il souhaitait débattre avec l’ex-Premier ministre, qui a déjà annoncé sa candidature. «Oui, mille fois, parce que je pense que les débats, c'est très important, ça permet de dire les choses, ça permet de s'expliquer», a ajouté Jean-François Copé.

>> Où en sont les candidats dans la pourse à la présidence de l'UMP?

Le chef de l’UMP a indiqué que tous les candidats qui «ont reçu les parrainages» [les prétendants au poste de président de l’UMP doivent réunir 7.924 parrainages de militants] devraient participer à ce débat qu’il qualifie de «vraiment indispensable».

«Un lien très singulier» avec Sarkozy

La candidature de Jean-François Copé, qui est largement devancé par François Fillon chez les sympathisants de l'UMP dans les sondages, sera officielle dimanche. 

«Je serai amené dimanche à dire aux militants quelle est mon intention et surtout, au-delà de ça, quelle est la vision que je propose pour l'avenir de l'UMP et de la droite en général», a-t-il indiqué.

Jean-François Copé a par ailleurs tenu à se revendiquer de l'héritage de Nicolas Sarkozy, dont il se dit «dépositaire». «On se parle très souvent parce que même s’il nous est arrivé dans le passé de ne pas être d’accord sur tout, les 18 mois de cette précampagne ont créé un lien très singulier, très personnel», a-t-il soutenu.

Bertrand et Estrosi pourraient être candidats

La guerre des chefs à l'UMP ne se résumera pas à un duel entre Jean-François Copé et François Fillon puisque Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire sont eux aussi candidats.

D'autres, comme Xavier Bertrand et Christian Estrosi, pourraient également briguer la tête d'un parti qui rêve de reconquête après ses échecs face aux socialistes aux élections présidentielle et législatives du printemps.

Aux termes des statuts de l'UMP, les quelque 250.000 adhérents à jour de cotisation seront appelés à voter lors d'un scrutin majoritaire à deux tours pour leur candidat. Le vainqueur de l'élection sera proclamé lors d'un congrès prévu fin novembre.