Martine Aubry souhaite que l'Etat trouve des terrains pour les Roms évacués

avec AFP

— 

La maire de Lille Martine Aubry a souhaité lundi que l'Etat trouve des terrains pour accueillir les Roms dont les campements ont été évacués, notamment près de Lille début août.
La maire de Lille Martine Aubry a souhaité lundi que l'Etat trouve des terrains pour accueillir les Roms dont les campements ont été évacués, notamment près de Lille début août. — Joel Saget afp.com

La maire de Lille Martine Aubry a souhaité ce lundi que l'Etat trouve des terrains pour accueillir les Roms dont les campements ont été évacués, notamment près de Lille début août, lors d'un point presse.

«Nous travaillons main dans la main avec le préfet pour trouver un terrain en dehors de la métropole» lilloise, a indiqué la première secrétaire du PS, qui a dit avoir elle-même «demandé au préfet» d'intervenir à Villeneuve d'Ascq, en raison notamment des problèmes de sécurité qui pesaient sur les Roms.

Main dans la main avec le préfet et avec l'Etat

Martine Aubry a ainsi démenti une affirmation du Parisien/Aujourd'hui en France selon laquelle elle était en «colère» contre le ministre de l'Intérieur Manuel Valls après avoir «appris par la presse», selon le quotidien, le démantèlement des campements de Roms.

«Nous avons demandé à ce que l'évacuation se fasse avec une réinstallation sur un autre terrain en dehors de la communauté urbaine et ça n'a pas été fait, sans doute parce qu'on était dans l'urgence», a indiqué Martine Aubry.

«Les terrains, c'est pas très difficile à trouver, a ajouté la maire de Lille. L'Etat est propriétaire de terrains un peu partout. (...) Si l'urgence n'a pas permis que ce soit le cas à Villeneuve d'Ascq, je le regrette, mais nous allons trouver cette solution et nous espérons marcher main dans la main avec le préfet et avec l'Etat».

Deux campements de Roms établis sur des terrains appartenant à l'Etat et à la communauté urbaine de Lille avaient été évacués le 9 août à Hellemmes et Villeneuve d'Ascq, dans l'agglomération lilloise, au lendemain d'un message de «fermeté» délivré par le ministère de l'Intérieur.