François Hollande a estimé lundi qu'il "ne peut y avoir de solution politique sans le départ de Bachar al-Assad" du pouvoir à Damas, lors d'un entretien avec le médiateur international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi.
François Hollande a estimé lundi qu'il "ne peut y avoir de solution politique sans le départ de Bachar al-Assad" du pouvoir à Damas, lors d'un entretien avec le médiateur international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi. — Patrick Kovarik afp.com

Politique

François Hollande a reçu le médiateur international pour la Syrie

François Hollande a reçu lundi à l'Elysée le nouveau médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, qui a souligné le rôle «important» joué par la France dans ce dossier à l'issue de leur entretien.

Rappelant que la France assurait la présidence tournante du Conseil de sécurité des Nations unies, le diplomate algérien, qui a pris le relais d'une mission conduite par Kofi Annan, a estimé qu'elle était «un pays important dans tout ce qui se passe autour de la Syrie».

Cette rencontre avec le président Hollande «est donc un début extrêmement utile pour moi, pour ma mission», a enchaîné Lakhdar Brahimi devant la presse après trois quarts d'heure d'entretien avec le chef de l'Etat qu'il a «écouté attentivement».

L'Elysée avait ajouté in extremis lundi ce rendez-vous à l'agenda officiel de François Hollande, accusé d'«attentisme» par l'UMP dans la crise syrienne. Le chef de l'Etat s'entretiendra une nouvelle fois de ce dossier mardi matin à l'Elysée avec son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, de retour d'une tournée dans la région.