Jean-François Copé et François Fillon, le 26 mai 2012 à Paris.
Jean-François Copé et François Fillon, le 26 mai 2012 à Paris. — WITT/SIPA

POLITIQUE

UMP: Où en sont les candidats à la présidence du parti?

Passage en revue des prétendants déclarés ou non à la tête du principal parti d’opposition...

Combien seront-ils à se présenter  à la présidence de l’UMP? Pour l’heure, seuls François Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet et, depuis dimanche, Bruno le Maire, sont officiellement candidats. Une liste qui devrait s’affiner prochainement  - les prétendants ont jusqu’au 18 septembre pour recueillir un peu moins de 8.000 parrainages d’adhérents à jour de cotisation, condition nécessaire pour solliciter le vote des militants en novembre. En attendant, 20 Minutes dresse un bilan d’étape.

François Fillon, le favori

Parrainages. L’ancien Premier ministre jouit d’une forte popularité chez les sympathisants UMP – 48% d’entre aux souhaitent le voir diriger le parti, selon un sondage Ifop paru dimanche. Il ne devrait avoir aucun mal à réunir les 7.924 parrainages d’adhérents nécessaires à se présenter, avant le 18 septembre. Début août, il avait déjà recueilli plus de 5.000 signatures.

Soutiens. François Fillon s’appuie sur un trio fidèle et hétéroclite: Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez et Eric Ciotti – son directeur de campagne -  qui brassent un large rayon de sensibilités, de la fibre chiraquienne à la droite dure. L’ex-Premier ministre peut également compter sur le soutien de l’ancienne ministre de la Santé  Roselyne Bachelot, de l’ex-président du Sénat Gérard Larcher, ou encore, depuis ce lundi matin, du député Jean Léonetti.

Actualité. Pas de chance pour François Fillon: son accident de scooter à Capri a non seulement révélé ses onéreuses vacances avec le patron de Ferrari mais l’a aussi forcé à prendre quelques jours de repos supplémentaires. Il a ainsi dû renoncer dimanche à se rendre en Haute-Loire, où il devait initialement effectuer sa rentrée, et ne devrait participer à la première réunion de l’Association des amis de Nicolas Sarkozy qui se tient à Nice ce week-end  seulement par le biais d’un message enregistré. François Fillon a prévu de faire sa vraie rentrée parmi les militants sarthois, le 26 août prochain.

Jean-François Copé, le candidat de l'appareil

Parrainages. Moins populaire que François Fillon auprès des militants, Jean-François Copé bénéficie toutefois d’une importante notoriété et de nombreux soutiens. L’actuel secrétaire général de l’UMP, pas encore candidat déclaré, ne devrait avoir aucun problème à obtenir les parrainages nécessaires.

Soutiens. Jean-François Copé est soutenu par de nombreux cadres du parti. A ses côtés, on trouve ainsi Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée, Luc Chatel, Roger Karoutchi, Hervé Novelli et Marc-Philippe Daubresse, tous deux secrétaires généraux adjoints de l’UMP, Rachida Dati, eurodéputée et ennemie intime de François Fillon, mais aussi l’ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, partisan d’une «droite humaniste».

Actualité. Le secrétaire général de l’UMP s’apprête à faire sa rentrée. Il sera présent vendredi et samedi à Nice au rassemblement des Amis de Nicolas Sarkozy, premier grand rendez-vous pour l’opposition. Dimanche, il devrait faire officiellement acte de candidature pour la présidence de l’UMP lors d’une réunion à Châteaurenard, dans les Bouches du Rhône.

Nathalie Kosciusko-Morizet, l'inclassable

Parrainages. Pas facile pour la porte-parole de Nicolas Sarkozy pendant la campagne de réunir les parrainages suffisants pour pouvoir se présenter à la présidence de l’UMP. Celle qui juge cette procédure «vieillotte» doit pourtant rassembler sur son nom 7.924 signatures, comme tous les candidats. Alors la députée de l’Essonne, qui veut incarner une «troisième voie» face au duel attendu Fillon-Copé, sillonne la France pour faire un tour des fédérations à bord de sa «NKMobile». De combien de parrainages dispose-t-elle à l’heure actuelle? Elle s’abstient de le dire pour l’instant.

Soutiens. Critiquée en interne pendant la campagne présidentielle, NKM ne rassemble pas vraiment autour d’elle. Son principal soutien est Jérôme Peyrat, président de la fédération UMP de Dordogne et ancien conseiller de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy

Actualité. La NKMobile poursuit sa route jusqu’à ce week-end, où – hasard ou coïncidence - elle s’arrêtera à Nice, au moment où se tiendra la réunion des Amis de Nicolas Sarkozy.

Bruno Le Maire, le nouveau venu

Parrainages. En annonçant sa candidature à la présidence de l’UMP, Bruno Le Maire a affirmé avoir «largement dépassé» les 1.000 parrainages. Ce chiffre, dont il avait fait une condition pour entrer dans la course à la présidence, reste toutefois bien éloigné des 7.924 signatures qu’il doit recueillir avant le 18 septembre.

Soutiens. L’ex-ministre de l’Agriculture assure bénéficier du soutien d’une «trentaine de parlementaires». Parmi eux, les députés UMP Antoine Herth et Laure de la Raudière ou le sénateur Gérard Cornu, son directeur de campagne.

Actualité. Bruno Le Maire a attiré l’attention sur lui en officialisant sa candidature dimanche. Celui qui reconnait être «le moins connu des candidats» doit maintenant chercher à recueillir les parrainages manquants.

Christian Estrosi, le sarkozyste historique

Parrainages. Il n’est pas officiellement candidat mais revendique déjà «pas loin de 3.000» parrainages sur les 7.924 nécessaires. Christian Estrosi n’exclut donc pas de se présenter car «il y a une vague avec l’envie d’écrire une autre histoire que la seule histoire Copé-Fillon». 

Soutiens. Maire de Nice, chef de la puissante fédération UMP des Alpes-Maritimes, Christian Estrosi dispose d’un bon réseau local. De là à prétendre à la tête du parti… Crédité de 1% dans le dernier sondage Ifop, il pourrait renoncer à se présenter pour rallier Jean-François Copé, dont il s’est rapproché.

Actualité.  Secrétaire général de l’Association des amis de Nicolas Sarkozy, Christian Estrosi accueille le premier rassemblement du collectif dans sa ville de Nice ce week-end. Le député-maire de la ville en a d’ailleurs agacé plus d’un à l’UMP en joignant aux invitations à ce rendez-vous… des bulletins de parrainages à son nom. C’est après ce grand rassemblement de rentrée qu’il décidera si oui ou non il se lance dans la course à la présidence de l’UMP.