François Lamy veut expérimenter des «emplois francs» à Amiens

avec AFP

— 

Le ministre délégué à la Ville François Lamy veut que "le maximum des 1.000 postes" créés en primaire à la rentrée "soit bien dans les quartiers qui en ont besoin", et a écrit au ministre de l'Education Vincent Peillon en ce sens, a-t-il déclaré dimanche sur LCP.
Le ministre délégué à la Ville François Lamy veut que "le maximum des 1.000 postes" créés en primaire à la rentrée "soit bien dans les quartiers qui en ont besoin", et a écrit au ministre de l'Education Vincent Peillon en ce sens, a-t-il déclaré dimanche sur LCP. — Jean-François Monier/Archives afp.com

Le ministre de la Ville François Lamy s'est dit favorable ce lundi à des «expérimentations» à Amiens, une semaine après les heurts dans les quartiers Nord de la ville, avec notamment la mise en place d'«emplois francs» destinés à favoriser l'embauche des jeunes des cités sensibles.

«Je vais continuer à travailler dans le cadre d'une politique plus globale que je présenterai en Conseil des ministres prochainement. On va travailler ici pour voir si on peut procéder à des expérimentations», a-t-il déclaré à la presse après avoir rencontré des habitants d'Amiens Nord, des élus locaux et des représentants du monde associatif et social.

Proposés pendant la campagne de François Hollande

Ces expérimentations comprendraient la mise en place d'«emplois francs» proposés pendant la campagne présidentielle par François Hollande et qui prévoient des exonérations fiscales aux entreprises qui embauchent des jeunes issus de quartiers sensibles. Mais «je ne suis pas venu pour faire des annonces. Des annonces, il y en a eu beaucoup ces dernières années qui n'ont pas toujours été suivies d'effet. Ce qui importe, c'est la cohérence et la simplification», a-t-il insisté.

Le ministre doit lancer à la rentrée une concertation qui doit aboutir début 2013 à une refonte de la carte de la politique de la ville, destinée, comme il l'a répété lundi, à «concentrer les moyens là où on en a besoin». «Ici il y a eu beaucoup d'argent mis dans la rénovation urbaine, on commence à en voir les résultats dans l'amélioration de la vie des citoyens. Ceux qui n'en ont pas bénéficié en réclament», a-t-il estimé. Pour autant, «tant qu'on continuera d'avoir des populations avec ces dificultés, on aura les mêmes effets», a-t-il nuancé.

Des affrontements ont opposé en début de semaine dernière à Amiens-Nord une centaine de jeunes aux policiers faisant 17 blessés chez les policiers et provoquant des millions d'euros de dégâts. La sécurité «était la priorité la semaine dernière. Il fallait de la répression, de la sanction, rétablir l'ordre public. Aujourd'hui on peut travailler sur les questions de politique de la ville, sur l'emploi, sur l'éducation», a jugé François Lamy.