Les écologistes vont évoquer dans l'hémicycle les sifflets contre Duflot

POLITIQUE L'incident avait fait polémique la semaine dernière...

© 2012 AFP

— 

La coprésidente des députés écologistes, Barbara Pompili, a dénoncé, mardi dans l'hémicycle, "l'attitude indigne de certains députés de l'UMP" qui avaient sifflé la semaine dernière la ministre EELV du Logement Cécile Duflot, parce qu'elle portait une robe.
La coprésidente des députés écologistes, Barbara Pompili, a dénoncé, mardi dans l'hémicycle, "l'attitude indigne de certains députés de l'UMP" qui avaient sifflé la semaine dernière la ministre EELV du Logement Cécile Duflot, parce qu'elle portait une robe. — Bertrand Guay afp.com

La co-présidente des députés écologistes, Barbara Pompili, a annoncé qu'elle ferait allusion, mardi dans l'hémicycle, à «l'outrage» que constituent les sifflets contre la ministre EELV du Logement Cécile Duflot, la semaine dernière, parce qu'elle portait une robe.

Lors de la séance des questions au gouvernement, «je vais poser une question à Cécile Duflot sur l'encadrement des loyers, et cela va me permettre aussi de la saluer, au nom de la représentation nationale, pour l'outrage qu'elle a subi la semaine dernière», a indiqué Barbara Pompili à la presse, en soulignant que les sifflets «venaient de députés UMP».

L'UMP fustigée

«C'est bien que maintenant, ça ne puisse plus passer sous silence. On a des souvenirs assez cuisants, nous les femmes -et aussi les hommes féministes- de ce qui a pu arriver à des députées femmes, des ministres femmes, dans cet hémicycle, Dominique Voynet, et avant elle, Edith Cresson, Simone Veil», a-t-elle ajouté.

«On n'est pas dans des blagues de potaches, on est à l'Assemblée nationale», a-t-elle insisté. «Et dans les établissements scolaires, on fait la guerre à des dérives dirigées contre les filles qui portent des jupes. On est au même niveau avec des députés de l'UMP!», a ajouté l'autre co-président du groupe écologiste François de Rugy.

Cécile Duflot, critiquée en mai pour avoir assisté en jean à son premier Conseil des ministres, a été accueillie par des exclamations ironiques de députés de droite, mardi dernier, lorsque, vêtue d'une robe, elle s'est levée de son banc pour répondre à la question d'un élu.