Bartolone: «L'Assemblée nationale est en deuil» après le décès de Ferrand

RÉACTION 'Assemblée nationale pleure la disparition d'un tout jeune député...

© 2012 AFP

— 

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a fait part samedi de son "immense tristesse" à l'annonce du décès à 42 ans de Olivier Ferrand, tout nouveau député PS et patron du think tank Terra nova.
Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a fait part samedi de son "immense tristesse" à l'annonce du décès à 42 ans de Olivier Ferrand, tout nouveau député PS et patron du think tank Terra nova. — Fred Dufour afp.com

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a fait part samedi de son «immense tristesse» à l'annonce du décès à 42 ans de Olivier Ferrand, tout nouveau député PS de la 8e circonscription des Bouches-du-Rhône, et patron du think tank Terra nova.

«Aujourd'hui, l'Assemblée nationale est en deuil et pleure la disparition d'un tout jeune député apprécié à la fois pour ses grandes qualités humaines et sa remarquable intelligence», écrit-il dans un communiqué. Il évoque «un véritable choc pour toutes celles et ceux qui l'aiment et le respectent». «A sa famille, aux siens, j'adresse mes sincères condoléances et celles de l'Assemblée nationale», conclut Claude Bartolone.

«Un homme d'une grande élégance morale et intellectuelle»

Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes, a fait part de «sa douleur», «du choc» qu'il a éprouvé en apprenant le décès du jeune député, qui était aussi «un ami». «A 42 ans, Olivier avait la vie devant lui. Il incarnait cette nouvelle génération d'élus socialistes qui voulaient servir le pays, le réconcilier avec lui-même et ses valeurs républicaines. Il en avait la fougue, l'enthousiasme, le caractère, mais aussi l'expérience», écrit Bruno le Roux dans un communiqué.

«Il a constamment cherché à concilier ses engagements socialistes et européens (...) Olivier était aussi un homme d'une grande élégance morale et intellectuelle», ajoute le président des députés PS, soulignant que le fondateur de Terra nova «était convaincu que c'était par les idées que la gauche retrouverait la confiance des Français. Il en a défriché beaucoup qui sont au coeur du débat public et inspirent le projet politique des socialistes».

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, la voix blanche, réagissant en direct sur RTL après l'annonce du décès d'Olivier Ferrand: «Je suis sous le choc. C'était un jeune député, il avait beaucoup de talent. Après des années et des années de combat politique, d'engagement sur le terrain, il venait juste d'être élu député après un combat très difficile. Je suis bouleversée. C'était une figure très attachante et très prometteuse du Parti socialiste

«Une vraie perte pour notre pays»

Jean-Christophe Lagarde, député maire de Drancy et porte-parole du groupe UDI à l'Assemblée nationale a pour sa part indiqué que cette disparition était «une vraie perte pour notre pays». «Cet homme engagé, intelligent et libre d'esprit aurait été bien utile au Parlement français. Il abordait la politique par les idées, les débats, les innovations, bref par tout ce qui en fait la noblesse.»

Le vice-président du MoDem, Jean-Luc Bennahmias, et Christophe Madrolle, le secrétaire national adjoint du MoDem ont de leur côté fait part de leur «émotion», soulignant qu'Olivier Ferrand «était de ceux qui dépassent les clivages convenus». «Il a su proposer des idées neuves, parfois étonnantes. Toujours innovantes. Nous partagions ensemble, nombre de combats.»