Jean-Luc Mélenchon: «Manuel Valls valide une thèse du Front national» sur les sans-papiers

E.O.

— 

Jean-Luc Mélenchon, interrogé sur BFMTV le 28 juin 2012.
Jean-Luc Mélenchon, interrogé sur BFMTV le 28 juin 2012. — Capture écran

«Etre de gauche, ce n’est pas régulariser tout le monde». La phrase de Manuel Valls, qui a déclaré dans une interview au Monde qu’il n'y aura pas de régularisation massive des sans-papiers, a fait bondir Jean-Luc Mélenchon.

« Cette phrase brille par sa stupidité», a lancé le co-président du Parti de gauche sur BFMTV ce jeudi. «Etre de gauche, c'est être partisan de l'humain d'abord. (...) Etre de gauche c’est peut-être des fois tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Là il est en train d’épouser tous les poncifs autoritaires que l’on a connus, qui ne veulent rien dire», a-t-il continué, martelant au contraire qu’il fallait «régulariser tous les travailleurs sans-papiers, tous».

«Pas de corrélation entre le nombre des immigrés et le chômage»

«M.Valls vient de valider une thèse absurde, anti économique, ridicule du Front National sur le sujet, d’après lequel il y aurait un rapport entre l’immigration et les difficultés sociales», a poursuivi Jean-Luc Mélenchon. Pour le candidat malheureux aux législatives, «il n’y a pas de corrélation entre le nombre des immigrés et le chômage. C’est un mensonge.»

Et d’argumenter: «C’est comme si je vous disais que si on renvoyait chez eux - je ne sais pas où d’ailleurs - tous les blonds du pays, il y aurait davantage de travail pour les autres. C'est absurde!».

 
Manuel Valls a précisé qu’une «circulaire pour préciser les critères de régularisation est en préparation». «Ces critères sont les années de présence en France, la situation par rapport au travail, les attaches familiales, la scolarisation des enfants», a-t-il annoncé.