L'Assemblée nationale va élire Claude Bartolone à la présidence

POLITIQUE La 14e législature de la Ve République s'ouvre officiellement ce mardi...

avec AFP

— 

L'Assemblée nationale nouvellement élue, où la gauche détient la majorité absolue, va désigner mardi le candidat du PS, Claude Bartolone, comme son président, une première étape avant d'entamer l'examen des premiers textes du quinquennat Hollande.
L'Assemblée nationale nouvellement élue, où la gauche détient la majorité absolue, va désigner mardi le candidat du PS, Claude Bartolone, comme son président, une première étape avant d'entamer l'examen des premiers textes du quinquennat Hollande. — Fred Dufour afp.com

L'Assemblée nationale nouvellement élue, où la gauche détient la majorité absolue, va désigner ce mardi le candidat du PS, Claude Bartolone, comme son président, une première étape avant d'entamer l'examen des premiers textes du quinquennat Hollande.

Selon un cérémonial bien codifié, la 14e législature de la Ve République s'ouvrira à 15h par l'élection du président, à bulletins secrets, après l'installation du bureau d'âge. Député et président du conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, choisi jeudi par les quelque 280 députés PS, succèdera à Bernard Accoyer (UMP), qui est, pour la forme, le candidat de l'UMP.

Les ministres élus n'ont pas le droit de vote

La première séance sera présidée par le doyen d'âge,François Scellier, 76 ans. Les «secrétaires d'âge», les six plus jeunes membres de l'Assemblée, dont la benjamine Marion Maréchal-Le Pen (22 ans), seront placés sous le perchoir pour assister le président.

Claude Bartolone devrait être élu au premier tour de scrutin, compte tenu de la majorité absolue dont dispose la gauche. La règle est que si la majorité absolue des suffrages exprimés n'est pas obtenue aux deux premiers tours de scrutin, au troisième tour, la majorité relative suffit et, en cas d'égalité de suffrages, le plus âgé est élu.

Les ministres élus députés n'ont pas le droit de vote, et leurs suppléants ne pourront les remplacer à l'Assemblée que d'ici un mois. S'ils viennent mardi, ils se placeront au banc du gouvernement.

Les présidents de commissions désignés jeudi

Mardi, les cinq groupes parlementaires déjà constitués - PS, EELV, UMP, GDR, UDI (le groupe de Jean-Louis Borloo) -  et le Parti Radical de Gauche en attente, devront aussi remettre leur déclaration politique en fin d'après-midi, date limite pour constituer un groupe (au moins 15 députés).

Le lendemain mercredi, l'Assemblée procédera, aussi en séance publique, à la nomination d'autres postes très convoités : les six vice-présidents, les trois questeurs, et les 12 secrétaires du bureau. Jeudi, ce seront les président(e)s des huit commissions permanentes qui seront désignés par les commissions.

Avant d'entamer l'examen des textes proprement dit, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault fera sa déclaration de politique générale le 3 juillet.