Baisse de Hollande dans un sondage: «un premier avertissement», selon Copé

© 2012 AFP

— 

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, estime que la baisse de popularité enregistrée par François Hollande dans un récent sondage est "un premier avertissement" qui doit conduire le président de la République à renoncer à ses "propositions déraisonnables".
Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, estime que la baisse de popularité enregistrée par François Hollande dans un récent sondage est "un premier avertissement" qui doit conduire le président de la République à renoncer à ses "propositions déraisonnables". — Bertrand Guay afp.com

Selon une enquête de l'Ifop parue dans le Journal du dimanche, M. Hollande a perdu deux points de popularité depuis son élection en mai, avec 59% d'opinions favorables. Pour le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, cette baisse de popularité est «un premier avertissement» qui doit conduire le président de la République à renoncer à ses «propositions déraisonnables».

«Cela ne m'étonne pas du tout. C'est un premier avertissement», affirme M. Copé dans une interview au quotidien Le Parisien à paraître lundi. Selon lui, «pour le bien de la France, François Hollande doit renoncer aux propositions déraisonnables qu'il a faites pendant la campagne».

Il reproche au chef de l'Etat de n'avoir donné «aucun signal clair sur la réduction des déficits». «Bien au contraire, considère-t-il, la gauche veut abandonner la fusion entre les régions et les départements, elle annonce d'innombrables embauches notamment dans l'éducation nationale. C'est très coûteux. Et c'est à l'opposé de ce que font tous les autres pays d'Europe».