NKM annonce sa réélection dans l'Essonne, où elle était en duel serré #circo9104

© 2012 AFP
— 
L'ancienne ministre et députée sortante UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé dimanche qu'elle avait été réélue à l'issue du second tour des législatives dans la 4e circonscription de l'Essonne, où elle était en ballottage difficile face au PS Olivier Thomas.
L'ancienne ministre et députée sortante UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé dimanche qu'elle avait été réélue à l'issue du second tour des législatives dans la 4e circonscription de l'Essonne, où elle était en ballottage difficile face au PS Olivier Thomas. — Kenzo Tribouillard afp.com

L'ancienne ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé dimanche sa réélection dans la 4e circonscription de l'Essonne, après un duel serré avec le PS Olivier Thomas, et alors que le FN avait appelé ses électeurs à la faire battre.

"Ce soir, Longjumeau est à l'image de la circonscription et la circonscription est à l'image de Longjumeau, puisque j'ai aussi le plaisir et l'honneur de vous dire que nous arrivons en tête avec plus de 51% des voix" dans la circonscription, a déclaré Mme Kosciusko-Morizet dans une allocution télévisée, après avoir indiqué être également arrivée en tête dans sa ville de Longjumeau, dont elle est maire depuis 2008.

NKM, ancienne porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, qui avait obtenu 39,46% des voix au premier tour dans la 4e circonscription de l'Essonne, était opposée ce dimanche au candidat PS Olivier Thomas, qui avait quant à lui obtenu 36,29% des suffrages.

Elle faisait partie, comme sept autres candidats (3 UMP, 3 PS, 1 EELV), d'une liste de candidats que le FN avait appelé à faire battre. Et, dans son cas, Marine Le Pen avait explicitement appelé les électeurs frontistes à voter PS, en guise de rétorsion contre des prises de position anti-FN de l'ex-ministre.

L'ex-ministre de l'Ecologie, qui avait appelé aux cantonales de mars 2011 à voter PS contre le FN, est aussi l'auteur d'un pamphlet publié l'an dernier et intitulé "Le Front antinational".