Matignon: Ayrault réunit syndicats et patronat pour préparer la conférence de juillet

SOCIAL Une semaine après les avoir reçus séparément, le Premier ministre réunit les numéros un des cinq organisations syndicales représentatives et des trois patronales pour une «conférence de méthode»...

© 2012 AFP

— 

Le chef du gouvernement est entouré des ministres Michel Sapin (Travail), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Marylise Lebranchu (Fonction publique) et Marisol Touraine (Affaires sociales).
Le chef du gouvernement est entouré des ministres Michel Sapin (Travail), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Marylise Lebranchu (Fonction publique) et Marisol Touraine (Affaires sociales). — Pierre Verdy afp.com

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, réunit ce mardi après-midi à Matignon les organisations syndicales et patronales pour préparer «la grande conférence» de juillet à l'Elysée alors que chaque jour apporte son lot d'entreprise en difficulté mettant en péril l'emploi. Une semaine après les avoir reçus séparément, pour écouter leur desiderata, le Premier ministre réunit autour de la table les numéros un des cinq organisations syndicales représentatives -CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC- et des trois patronales -Medef, CGPME, UPA- pour une «conférence de méthode».

Le chef du gouvernement sera entouré des ministres Michel Sapin (Travail), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Marilyse Lebranchu (Fonction publique) et Marisol Touraine (Affaires sociales). Le gouvernement veut fixer les conditions du dialogue social avec pour objectif de sauver l'emploi et de rajouter une dose de justice sociale sans mettre en péril l'assainissement des finances publiques.

Conférence à l'Elysée début juillet

Le gouvernement, les syndicats et le patronat doivent définir les thèmes prioritaires de la conférence de deux jours à l'Elysée début juillet sous la houlette du président François Hollande. Se trouvent en haut de l'agenda l'emploi -en particulier le «contrat de génération», projet phare de François Hollande, le pouvoir d'achat -Smic et salaires- et la protection sociale -retraites, dépendance, santé.

Par ailleurs, le gouvernement doit agir dans l'urgence face à la crainte d'une rafale de plans sociaux. Il est décidé à prendre «chaque dossier l'un après l'autre» et «agir vite» par une loi sur les licenciements boursiers, a indiqué Michel Sapin. Par ailleurs, une première décision sur les retraites est attendue mercredi pour permettre aux salariés ayant commencé à travailler tôt de partir à la retraite à 60 ans.

Dans les prochaines semaines il va aussi annoncer un coup de pouce au Smic, qui serait, selon Jean-Marc Ayrault, inférieur à 5% (soit moins de 55 euros en net par mois). Il faudrait que ce soit «le plus proche possible de 5%», plaidait dimanche Jean-Claude Mailly, numéro un de FO.