La baisse du salaire des ministres raillée par l'opposition

POLITIQUE Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a jugé que cette réduction était une «imposture»...

avec AFP

— 

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a jugé jeudi que la baisse du salaire des ministres de 30%, actée en Conseil des ministres, constituait une "imposture" car le premier gouvernement Ayrault compte "14 membres de plus" que le premier gouvernement Fillon.
Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a jugé jeudi que la baisse du salaire des ministres de 30%, actée en Conseil des ministres, constituait une "imposture" car le premier gouvernement Ayrault compte "14 membres de plus" que le premier gouvernement Fillon. — Francois Guillot afp.com

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a jugé ce jeudi que la baisse du salaire des ministres de 30%, actée en Conseil des ministres, constituait une «imposture» car le premier gouvernement Ayrault compte «14 membres de plus» que le premier gouvernement Fillon.

«La baisse des salaires de 30% ne peut pas masquer cette réalité: le gouvernement de François Hollande va coûter beaucoup plus cher au contribuable», souligne-t-il. Dès le mois de juin 2007, le gouvernement Fillon était toutefois passé à 31 membres, tout comme le dernier du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Accusation de clanisme

Selon M. Copé, le nouveau gouvernement constitue une «deuxième imposture» avec «le faux-nez du rassemblement, de l'ouverture et de la modernité».

Jean-François Copé voit aussi dans le nouveau gouvernement le «clan des proches de François Hollande». «Quel signal François Hollande donne-t-il au monde économique quand il confie à Arnaud Montebourg, chantre de la démondialisation, la charge de redresser notre industrie ? En pleine crise de la zone euro, François Hollande envoie un message de défiance à l'Europe et au monde», s'est notamment interrogé Jean-François Copé.

>> La journée politique à suivre par ici