Affaire Bettencourt: Patrice de Maistre veut être confronté à des témoins

Reuters

— 

L'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, soupçonné d'avoir organisé un financement illégal de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, attend avec impatience son interrogatoire de jeudi prochain et souhaite être confronté à des témoins, annoncent ses avocats. Ecroué depuis le 23 mars, Patrice de Maistre est mis en examen pour «abus de faiblesse, abus de biens sociaux et escroquerie aggravée», et les juges d'instruction de Bordeaux veulent l'interroger sur des retraits d'espèces de 2007. Le dossier menace parmi d'autres le président sortant.

«Patrice de Maistre, détenu à la maison d'arrêt de Gradignan depuis un mois et demi sans avoir été reconvoqué par ses juges, attend avec impatience sa comparution du jeudi 10 mai», écrivent dans un communiqué ses avocats Christophe Cariou-Martin, Jacqueline Laffont et Pierre Haïk. Ils disent n'avoir n'a pu obtenir de précision sur l'objet et la durée de l'interrogatoire, mais selon eux il serait «logique» que soit organisée une confrontation entre Patrice de Maistre et différents témoins, puisque l'incarcération du suspect a été motivée par les risques de pression sur ces personnes.

«La nécessité de cette confrontation a été d'ailleurs unanimement soulignée, tant par la défense, que par le juge d'instruction, le juge des libertés, le parquet et la chambre de l'instruction, qui a rappelé à deux reprises l'obligation de réaliser ces actes à très brève échéance», écrivent les avocats. Patrice de Maistre dit avoir remis les quatre millions d'euros en espèces retirés en Suisse en 2007-2009 aux Bettencourt et assure ignorer ce qu'ils en ont fait.