Abstention: Moscovici lance un "appel à la mobilisation", "un enjeu majeur"

© 2012 AFP

— 

Pierre Moscovici, le directeur de campagne de François Hollande (PS), a lancé dimanche "un appel à la mobilisation", qualifiée d'"enjeu majeur" alors qu'une enquête Ifop pour le Journal du dimanche fait état d'une possible abstention record au premier tour.
Pierre Moscovici, le directeur de campagne de François Hollande (PS), a lancé dimanche "un appel à la mobilisation", qualifiée d'"enjeu majeur" alors qu'une enquête Ifop pour le Journal du dimanche fait état d'une possible abstention record au premier tour. — Fred Dufour afp.com

Pierre Moscovici, le directeur de campagne de François Hollande (PS), a lancé dimanche "un appel à la mobilisation", qualifiée d'"enjeu majeur" alors qu'une enquête Ifop pour le Journal du dimanche fait état d'une possible abstention record au premier tour.

"Il y a un enjeu majeur dans cette élection, c'est la participation. C'est une élection importante, probablement la plus importante depuis 30 ans", a déclaré M. Moscovici au "Forum" de Radio J.

"Le besoin du changement, il est majeur. Et dans cette élection-là, il ne faut pas considérer que le vote est une formalité, il ne faut pas non plus s'en désintéresser. (...) Dans une élection aussi importante, moi j'appelle d'abord les électeurs à voter", a ajouté le député du Doubs.

Le directeur de campagne de M. Hollande a dit sentir "un intérêt pour l'élection". "Mais, effectivement, l'enjeu des dernières semaines c'est la mobilisation, la mobilisation, la mobilisation."

"Je lance là un appel à la participation. Une élection présidentielle c'est le moment décisif dans notre démocratie, c'est le grand rendez-vous des Français avec la démocratie. Votez, votons", a-t-il martelé.

Selon une étude de l'Ifop, l'abstention au premier tour de l'élection présidentielle, le 22 avril, pourrait atteindre 29%. Le JDD rappelle qu'elle n'avait été que de 16% au premier tour en 2007.

Pierre Moscovici a par ailleurs réitéré l'appel à voter François Hollande dès ce premier tour, tout en récusant le concept de "vote utile" alors que le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, est en hausse dans les sondages.

"Ce qui est fondamental c'est que François Hollande, dès le 1er tour, dispose d'une force importante pour rassembler autour de sa candidature", a-t-il dit.

"Dans cette mesure-là, on ne peut pas laisser l'abstention, la dispersion gagner. La deuxième chose, c'est qu'après, il faut que toute la gauche se rassemble au second tour. Et de ce point de vue-là, j'ai la conviction que Jean-Luc Mélenchon ne sera pas absent de ce rendez-vous", a-t-il ajouté.