Imbroglio autour d'un débat télévisé Le Pen-Mélenchon prévu jeudi soir

© 2012 AFP

— 

Une certaine confusion régnait mardi autour d'un débat prévu jeudi soir sur France 2 entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, la première refusant de débattre avec le second et laissant planer le doute sur sa participation à l'émission annoncée par la chaîne.
Une certaine confusion régnait mardi autour d'un débat prévu jeudi soir sur France 2 entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, la première refusant de débattre avec le second et laissant planer le doute sur sa participation à l'émission annoncée par la chaîne. — Pierre Verdy afp.com

Une certaine confusion régnait mardi autour d'un débat prévu jeudi soir sur France 2 entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, la première refusant de débattre avec le second et laissant planer le doute sur sa participation à l'émission annoncée par la chaîne.

La candidate du FN à la présidentielle a déclaré mardi matin qu'elle ne débattrait pas avec le candidat du Front de gauche. "Pourquoi M. Mélenchon veut-il à tout prix débattre avec une semi-démente?", a demandé Mme Le Pen sur France Inter, faisant allusion à une déclaration de campagne à son propos de l'eurodéputé et co-président du Parti de gauche.

Dans un communiqué en fin de journée, France 2 a indiqué que l'émission "Des paroles et des actes" de jeudi soir, consacrée à Mme Le Pen, comprendrait deux débats. Le premier avec Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, et le second avec M. Mélenchon.

Interrogé par l'AFP, l'entourage de Mme Le Pen a répété qu'elle ne voulait pas débattre avec le candidat du Front de gauche. Comme on lui demandait si Mme Le Pen pourrait quitter le plateau à l'arrivée de M. Mélenchon, cette source a répondu: "Il y aura une surprise", "il faut attendre après-demain".

Sur BFM-TV, l'intéressée a déclaré quelques minutes plus tard: "On m'impose un débat" avec M. Mélenchon, "je l'ai refusé". "Jamais avec aucun candidat on ne se comporte comme ça", "on me traite comme un sous-candidat", mais "on est toujours là pour me trouver quand il s'agit de lancer une nouvelle émission parce que Marine Le Pen, ça fait de l'audience!", a ajouté la candidate.

"Je ne sais pas ce que je vais faire". Vous n'irez pas à l'émission? "Je ne sais pas", a encore déclaré la présidente du FN.

"J'ai déjà débattu avec M. Mélenchon, je voudrais débattre avec des gens de l'UMP et du PS" qui se dérobent, avait justifié Mme Le Pen à la matinale de France Inter, alors qu'elle et M. Mélenchon se sont déjà affrontés en duel en février 2011 sur BFM-TV. Les socialistes "ont-ils peur que je les mette face à leurs contradictions?", a-t-elle demandé.

"M. Mélenchon essaye de s'accrocher à moi et se présenter comme mon meilleur adversaire pour pouvoir profiter un peu du vent qui me porte", a poursuivi Mme Le Pen. "Ca ne m'intéresse pas beaucoup et je n'ai pas envie de débattre avec quelqu'un qui m'insulte sur toutes les estrades de France".

"Donc, c'est non", a-t-elle conclu sur ce point.

"Le vieux Le Pen, il tortillait pas comme ça!", a réagi M. Mélenchon en marge d'une conférence de presse à l'Assemblée sur le Mécanisme européen de stabilité. "France 2 m'a invité, j'ai dit oui, ça n'a pas été simple, j'ai dû supprimer un meeting à Ajaccio" prévu jeudi soir pour venir à l'émission, a-t-il ajouté.

Lundi soir, Marine Le Pen "disait +oui+ sur sa page Facebook, ce matin, elle dit sur France Inter qu'elle ne voulait pas, donc je ne sais pas où nous en sommes", a-t-il affirmé. "Moi je suis disponible et si elle ne veut pas y aller, je veux bien prendre sa place!", a-t-il lancé, relevant avoir été invité "une seule fois et elle deux" à "Des paroles et des actes".