Ralliement Morin et Boutin à Sarkozy: "zéro+zéro égale la tête de toto" juge Bayrou

© 2012 AFP

— 

Le candidat centriste François Bayrou a estimé dimanche que le ralliement du président du nouveau Centre Hervé Morin et de Christine Boutin à Nicolas Sarkozy après son retrait de la course à l'Elysée revenait à dire "zéro+zéro égale la tête de toto", en allusion à leur score dans les sondages.
Le candidat centriste François Bayrou a estimé dimanche que le ralliement du président du nouveau Centre Hervé Morin et de Christine Boutin à Nicolas Sarkozy après son retrait de la course à l'Elysée revenait à dire "zéro+zéro égale la tête de toto", en allusion à leur score dans les sondages. — Bertrand Langlois afp.com

Le candidat centriste François Bayrou a estimé dimanche que le ralliement du président du nouveau Centre Hervé Morin et de Christine Boutin à Nicolas Sarkozy après son retrait de la course à l'Elysée revenait à dire "zéro+zéro égale la tête de toto", en allusion à leur score dans les sondages.

Invité dimanche du 12-13 de France3, le président du Modem était interrogé sur le ralliement de Christine Boutin et d'Hervé Morin au président sortant : "Quand j'étais enfant on disait +zéro plus zéro, égale la tête de toto!+".

"Je trouve que quelqu'un qui se dit du centre" et qui "n'aurait d'autre choix que d'aller au premier tour soutenir Nicolas Sarkozy, c'est une négation du centre", a ajouté François Bayrou.

Selon lui, "depuis des mois et des semaines" Hervé Morin "disait que jamais il n'accepterait de disparaître au premier tour, il multipliait entre nous les critiques extrêmement lourdes contre Nicolas Sarkozy, et après vous vous ralliez, ça veut dire que (...) c'était des choix d'apparence".

"Il y a beaucoup de responsables politiques, y compris à l'UMP, qui sont troublés et profondément déstabilisés par les orientations imposées par Nicolas Sarkozy, ils ne s'y retrouvent pas" a-t-il encore avancé, et "ceux-là, je considère que ce sont des responsables politiques qui ont leur place dans le mouvement de renouvellement que je porte".