Christian Vanneste qualifie de «légende» la déportation des homosexuels

POLÉMIQUE e député du Nord estime également que l'homosexualité est «un refus de l'autre»...

Enora Ollivier, avec Reuters
— 
Le député du Nord Christian Vanneste dans une interview donnée au site libertepolitique.com, le 10 février 2012.
Le député du Nord Christian Vanneste dans une interview donnée au site libertepolitique.com, le 10 février 2012. — Capture d'écran/ 20Minutes

Christian Vanneste est un habitué des sorties douteuses, mais ses dernières déclarations ont un parfum de scandale. Dans une interview donnée vendredi dernier au site libertepolitique.com, le député du Nord se plaît à revisiter l’histoire de la Seconde guerre mondiale: «Il y a la fameuse légende de la déportation des homosexuels», estime avec aplomb l’élu, membre du collectif de la Droite populaire. «En Allemagne, il y a eu une répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à peu près à 30.000 déportés. Et il n'y en a pas eu ailleurs (...) Il n'y a pas eu de déportation homosexuelle en France», insiste-t-il.

Interrogé au sujet de sondages indiquant qu'une majorité de Français est favorable au mariage homosexuel, le député répond que ce résultat est le fruit d'un «bourrage de crânes» dû au fait que les homosexuels sont surreprésentés dans le monde médiatique, ce qui leur permet de faire progresser leurs idées avec un «art consommé de la déformation systématique des faits».

Il a «toute sa place au FN»

Christian Vanneste poursuit, définissant l’homosexualité comme un «narcissisme», un «refus de l’autre», un «refus de l’altérité». «Celui qui attire (l’homosexuel), c’est sa propre image», insiste-t-il.

>> Lire les réactions politiques à ces déclarations par ici

GayLib, le mouvement de défense des homosexuels associé à l'UMP, demande que le député du Nord Christian Vanneste soit exclu du parti présidentiel pour ces propos. «On ne peut que s'indigner, on ne peut qu'être choqués», a réagi Catherine Michaud, secrétaire générale de l’association, assimilant les propos de Christian Vanneste à ceux de Jean-Marie Le Pen qualifiant les chambres à gaz de «point de détail». Pour elle, le député du Nord «a toute sa place au Front National».

 L'historien Mickaël Bertrand, qui a dirigé un ouvrage collectif sur la question (La déportation pour motif d'homosexualité en France, éditions Mémoire active), estime à 62 en France le nombre de «déportés qui ont été envoyés dans des prisons et des camps allemands en raison de leur homosexualité». «Cela ne signifie pas pour autant que des centaines d'homosexuels français n'ont pas été déportés en tant que juifs, communistes et/ou résistants», écrit-il sur son blog.

Christian Vanneste avait été poursuivi en justice en 2006 pour avoir déclaré que «l’homosexualité est inférieure à l’hétérosexualité». Condamné en première instance et en appel, il avait finalement été blanchi par la Cour de cassation en 2008.