Propos sur Claude Guéant: L'Assemblée ne sanctionne pas Letchimy

POLÉMIQUE es députés de gauche étaient majoritaires lors de cette réunion du bureau...

Enora Ollivier et Julien Ménielle

— 

Le député martiniquais (apparenté PS) Serge Letchimy, le 7 février 2012 dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.
Le député martiniquais (apparenté PS) Serge Letchimy, le 7 février 2012 dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. — CHESNOT/SIPA

Une décision pas facile à prendre. Une semaine après avoir déclenché un beau charivari dans l’hémicycle en évoquant le nazisme concernant les propos de Claude Guéant sur les «valeurs des civilisations», le bureau de l'Assemblée nationale a décidé ce mardi de ne pas sanctionner le député apparenté PS Serge Letchimy. Mais la décision a tardé à tomber au sujet du point Godwin de l'élu martiniquais, et la réunion s'est éternisée sans finalement parvenir à un consensus.

Les députés de gauche étaient majoritaires lors de cette réunion du bureau, qui comprend pourtant lorsqu'il est au complet 12 élus de droite et du centre et 10 de gauche selon des sources concordantes citées par l'AFP. Lundi, déjà, l'absence de plusieurs députés UMP en commission des Finances avait permis le rejet de l'article créant la «TVA sociale».

«Propos inadmissibles»

Le 8 février dernier, au lendemain de l’incident, Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée avait annoncé convoquer une réunion «en urgence», «afin de décider des suites à donner au trouble profond créé par les propos inadmissibles de notre collègue».

«Vous, monsieur Guéant, vous privilégiez l'ombre, vous nous ramenez jour après jour à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration», avait martelé l’élu martiniquais mardi dernier, en réaction aux propos polémiques du ministre de l’Intérieur tenus le week-end-précédent. La phrase avait déclenché la colère du gouvernement qui – fait rarissime – avait quitté les bancs de l’hémicycle.

Pas d'excuses

François Fillon avait immédiatement demandé à l’opposition de condamner ces propos, ce que le Parti socialiste -François Hollande en tête- a refusé de faire. La sortie de Serge Letchimy a même été justifiée – si ce n’est saluée – par la majorité des personnalités de gauche. «Il a sans doute été blessé et humilié» par les déclarations de Claude Guéant sur les civilisations, a ainsi estimé le candidat PS à la présidentielle, tandis qu’Arnaud Montebourg a souligné «qu’on ne peut pas reprocher à Serge Letchimy, député de la Martinique, très proche de feu Aimé Césaire, d’avoir dit ce qu’il avait sur le cœur», ajoutant qu’il «ne lui jetait pas la pierre, bien au contraire».

Depuis l’incident, l’élu martiniquais jouit d’une importante popularité, notamment sur ses terres où il a été accueilli dans la liesse à son retour. Une mobilisation populaire s’est organisée autour de lui, notamment sur internet où une pétition de soutien a été lancée, le 10 février. A ce jour, elle compte près de 15.000 signatures.