L'Elysée répond à un début de polémique sur Pierre Sarkozy

ELYSEE Le site Mediapart publie ce samedi une lettre faisant état d'une protection policière pour Pierre Sarkozy au Brésil...

N. Be., avec AFP

— 

Le fils aîné du président Nicolas Sarkozy, Pierre Sarkozy, bénéficie en permanence d'une protection policière, en France et à l'étranger, ont indiqué samedi les ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur, réagissant à une information du site internet Mediapart.
Le fils aîné du président Nicolas Sarkozy, Pierre Sarkozy, bénéficie en permanence d'une protection policière, en France et à l'étranger, ont indiqué samedi les ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur, réagissant à une information du site internet Mediapart. — Johannes Eisele afp.com

Pierre Sarkozy fait décidément l'objet de beaucoup d'attention, que ce soit de l'Elysée ou de la presse d'investigation. Après l'affaire de son rapatriement d'Ukraine à bord d'un avion chargé du transport du chef de l'Etat et du gouvernement, Mediapart révèle que le fils aîné du président de la République va bénéficier d'un traitement particulier au Brésil, où il doit se rendre courant février.

Une protection «légitime et nécessaire», selon l'Intérieur

Médiapart publie ainsi la copie d'une lettre de l'ambassade de France au Brésil informant les autorités locales de la venue de Pierre Sarkozy pour des concerts dans des discothèques du pays du 20 au 26 février et leur demandant «l'ouverture des salons d'honneur à l'arrivée et au départ de chaque aéroport». Le courrier sollicite de Brasilia «une autorisation d'introduction et de port d'armes à feu sur le territoire national en faveur de deux officiers» du Groupement de sécurité du président de la République (GSPR) dépendant de la Direction générale de la police nationale (DGPN).

Un curieux traitement de faveur? Pas du tout, répond l'Elysée. Les ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur indiquent, en réponse à Mediapart, que le fils aîné de Nicolas Sarkozy bénéficie en permanence d'une protection policière, en France et à l'étranger. La protection des proches du chef de l'Etat est «légitime et nécessaire», explique le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

L'affaire du Falcon

«Pour des raisons de sécurité, les enfants du président de la République font l'objet d'une protection policière, comme les enfants et petits-enfants des présidents précédents. Lors de leurs déplacements à l'étranger, leur présence est signalée aux autorités étrangères et l'agent chargé de la protection sollicite la possibilité de conserver son arme de service», a expliqué le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero.

Fin janvier, Pierre Sarkozy avait dû quitter l'Ukraine, où il devait donner un concert, après avoir été hospitalisé pour une intoxication alimentaire. D'après Le Canard enchaîné du 1er février, ce rapatriement avait été effectué à bord d'un Falcon 50 de l'Etec (Escadron de transport, d'entraînement et de calibration) normalement chargé du transport du chef de l'Etat et du gouvernement.