Perpignan dédie un lieu aux Français d'Algérie alors que Marine Le Pen visite la ville

© 2012 AFP

— 

Le maire pied-noir de Perpignan Jean-Marc Pujol (UMP) inaugure dimanche un centre dédié aux Français d'Algérie, projet dénoncé par la gauche comme un cadeau de plus fait à des électeurs qui pourraient être sensibles aux charmes de Marine Le Pen, présente en ville le même jour.
Le maire pied-noir de Perpignan Jean-Marc Pujol (UMP) inaugure dimanche un centre dédié aux Français d'Algérie, projet dénoncé par la gauche comme un cadeau de plus fait à des électeurs qui pourraient être sensibles aux charmes de Marine Le Pen, présente en ville le même jour. — Raymond Roig afp.com

Le maire pied-noir de Perpignan Jean-Marc Pujol (UMP) inaugure dimanche un centre dédié aux Français d'Algérie, projet dénoncé par la gauche comme un cadeau de plus fait à des électeurs qui pourraient être sensibles aux charmes de Marine Le Pen, présente en ville le même jour.

Le Centre de documentation des Français d'Algérie qui ouvre dans un ancien couvent de clarisses entend participer à «la recherche de la vérité historique débarrassée des idéologies», selon le maire.

le maire est un «fieffé menteur», selon Louis Aliot

Si Marine Le Pen est à Perpignan ce jour-là, ce n'est pas pour assister à cet évènement ni courtiser un électorat nombreux sur le pourtour méditerranéen, en cette année de présidentielle et de cinquantième anniversaire de l'indépendance algérienne, dit Louis Aliot, son compagnon, numéro deux du parti et conseiller régional de Languedoc-Roussillon.

Marine Le Pen vient pour parler de travail et d'emploi «dans l'une des grandes villes les plus pauvres de France, dans le deuxième département le plus pauvre de France». Et la concomitance de l'inauguration (le matin) et de la réunion publique (l'après-midi) est pure coïncidence, dit Louis Aliot. Cela ne l'empêche pas de s'indigner. Non pas de la création du centre, qu'il salue au nom de la «mémoire des Français d'outre-mer». Mais du fait qu'il n'ait pas été invité, lui le fils de rapatriée et élu implanté à Perpignan.

Si le ministre de la Défense Gérard Longuet vient, comme l'annonce le maire, ou si certains élus UMP sont présents, Jean-Marc Pujol est un «fieffé menteur», dit Louis Aliot, puisqu'il assure que personne ne récupérera l'inauguration. En fait, Jean-Marc Pujol Pujol, comme les Alduy qui ont dirigé la ville avant lui pendant cinquante ans, «ont toujours utilisé les pieds-noirs comme une variable d'ajustement de leur vote», estime-t-il.