Enfant malade: «Retraité, je suis prêt à reprendre du service gratuitement»

VOTRE AVIS Vous avez réagi à la proposition de loi sur le don de RTT au parent d'un enfant malade...

Christine Laemmel

— 

ERIC FEFERBERG-POOL/SIPA

Donner ses jours de repos au parent d’un enfant malade pourra peut-être bientôt être encadré par une loi. L’idée a en tout cas été approuvée, ce mercredi par l’Assemblée Nationale. Preuve de solidarité ou fausse bonne idée, vous êtes nombreux à avoir donné votre avis sur cette proposition de loi. Voici une sélection de vos réactions, recueillies dans les commentaires et sur notre page Facebook.

>> Continuez à réagir dans les commentaires ou en écrivant à reporter-mobile@20minutes.fr. Vos avis seront ajoutés à cet article.

Jean-Pierre: «Je suis prêt à reprendre du service gratuitement pour aider un parent»

«Retraité depuis deux ans, je suis prêt à reprendre du service gratuitement de temps en temps pour permettre à une mère dont l'enfant est vraiment malade, de rester chez elle pour s'en occuper.»

Turkan: «Le gouvernement joue sur les sentiments pour pour faire payer la population»

«Je pense que tout le monde doit s y'opposer car le gouvernement joue trop sur les sentiments pour pour faire payer la population. Tandis que eux ne donnent rien. On n'a pas besoin de ça pour aider les gens en dificulté. Les bonnes oeuvres peuvent se faire sans loi, ce qui aura plus de foi. Donc moi je suis contre!»

Sevada: «J'ai proposé à ma direction que mes RTT soient donnés pour nettoyer les plages pollués»

«En 1999, je travaillais pour un groupe Pétrolier dans une raffinerie du sud de la France, lorsque le pétrolier Erika a fait naufrage. J'ai proposé à ma direction que mes jours de RTT soient donnés pour aller bénévolement nettoyer les plages. 14 jours à l’époque. Ces nouveaux congés ne me faisaient pas défaut et c’était pour la bonne cause: montrer que les employés qui travaillent sur des métiers à risque sont aussi solidaires de ceux qui subissent les marées noires (…). Nous étions nombreux à nous porter volontaires. La direction a finalement retenu d'envoyer des techniciens du pétrole en retraite en mission pour consolider le dispositif interne de nettoyage. Je trouve superbe cette opération de solidarité chez Badoit. Et si cela peut déboucher sur quelque chose d'efficace, c’est superbe. Si ce n'est pas récupéré par tel ou tel parti politique, en mal de reconnaissance.»

Bartendo: «La culpabilisation comme moteur de solidarité est assez condamnable»

«Cette loi permettrait d’aider une fois de plus les entreprises à «voler» leurs salariés sous couvert de solidarité. Au final, l'entreprise a eu une main d'œuvre sans vacances pendant un an, et éliminé une ressource qui aurait été peu productive car soucieuse de son enfant. Il faut voir au-delà du geste, qui est très beau en soit, mais qui va au final se traduire par des dérives que je préfère ne pas imaginer. La culpabilisation comme moteur de solidarité est assez condamnable; selon moi.»

Zarcobx: «Pourquoi ne pas plutôt donner un congé longue maladie pour le parent?»

«Et pourquoi pas plutôt une loi pour considérer un des deux parents d'un enfant gravement malade comme "malade" lui-même? Ce qui lui permettrait de bénéficier d'un congé longue-maladie (ou "congé de solidarité familiale"), financé en partie par l'employeur, en partie par la sécurité sociale, éventuellement les mutuelles… (…) Les salariés peuvent être solidaires mais quid des entreprises alors? Elles seraient dispensées de solidarité envers leurs propres salariés?»

Sabrina: «Ce serait un acte citoyen et solidaire»

«Dans la mesure du possible, oui, ce serait en effet un acte citoyen et solidaire si le parent est en difficulté. Mais là encore, seuls les altruistes pourraient pratiquer ce type de don. Quand on entend certains parfois se plaindre de la journée donnée à nos personnes âgées…  Mais personnellement, je serais d'accord! Il faut bien qu'à notre petit niveau on puisse faire évoluer les choses. Et un enfant malade... C'est comme un avenir en souffrance. Hors de question, donc j'investis dans les valeurs de la vie. Ok pour la solidarité!»

Cristelle: «Pourquoi ne pas utiliser les comptes épargne-temps des personnes décédées?»

«Le geste est joli! Mais combien y-a-t-il de comptes épargne-temps perdus et de pensions de retraite non versées dans les cas de décès anticipés? Que le gouvernement joue sur la solidarité des autres est infâme! Je proposerais plutôt une loi pour ouvrir une caisse de solidarité dans laquelle serait effectué un reversement de tous les comptes épargne-temps perdus et pensions de retraite des personnes décédées avant le départ en retraite.»