Génocide arménien: Alain Juppé appelle la Turquie «au sang froid»

DIPLOMATIE Le ministre des Affaires étrangères affirme que la France «a besoin d'avoir de bonnes relations» avec la Turquie...

E.O., avec Reuters

— 

Alain Juppé, le 19 janvier 2012 au Quay d'Orsay, à Paris.
Alain Juppé, le 19 janvier 2012 au Quay d'Orsay, à Paris. — Francois Mori/AP/SIPA

Délicate situation pour Alain Juppé. Tout en répétant qu’il trouvait la loi pénalisant la négation des génocides «inopportune», le chef de la diplomatie française a appelé ce mardi matin  «nos amis turcs» «au sang froid».

>>Vous êtes Arménien ou d'origine arménienne? Vous êtes Turc ou d'origine turque? Vous souhaitez donner votre avis sur la loi contre la négation du génocide arménien? Écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr.

«La Turquie est un grand pays, une grande puissance économique, une grande puissance politique, nous avons besoin d'avoir de bonnes relations avec elle», a ajouté le ministre des Affaires étrangères sur Canal +.

«Nous retrouverons des relations constructives»

«Passée cette vague, un peu excessive il faut bien le dire, je suis persuadé que nous retrouverons des relations constructives. Moi, je tends la main. J'espère qu'elle sera saisie un jour», a poursuivi Alain Juppé.

Le Sénat a voté lundi soir une loi pénalisant la négation des génocides. S’il  ne désigne pas de pays en particulier, le texte vise spécialement la Turquie, pour le massacre de 500.000 Arméniens en 1915. Ankara a toujours nié avoir perpétré un génocide, et estime que ces morts sont des victimes de la Première guerre mondiale.

Immédiatement après le vote du texte, la Turquie a menacé Paris d’une «rupture totale» des relations diplomatiques. Ankara «est déterminé à prendre toutes les mesures nécessaires contre cette mesure injuste», a indiqué le ministère turc des Affaires étrangères, dénonçant un acte «irresponsable».