Sarkozy aux syndicats et au patronat: "décisions" nécessaires avant la présidentielle

© 2012 AFP

— 

Toujours donné largement perdant de la présidentielle, M. Sarkozy a fait du paquet de mesures discutées mercredi l'une de ses cartes maîtresses pour tenter d'inverser la tendance. Mais la gauche et une partie de la droite, de même que les syndicats, sont résolument opposées à la TVA sociale. Seul le patronat y est favorable, mais sous certaines conditions.
Toujours donné largement perdant de la présidentielle, M. Sarkozy a fait du paquet de mesures discutées mercredi l'une de ses cartes maîtresses pour tenter d'inverser la tendance. Mais la gauche et une partie de la droite, de même que les syndicats, sont résolument opposées à la TVA sociale. Seul le patronat y est favorable, mais sous certaines conditions. — Lionel Bonaventure afp.com

Nicolas Sarkozy a plaidé mercredi devant le patronat et les syndicats pour "des décisions" avant la présidentielle afin de contrecarrer la progression du chômage et doper la compétitivité des entreprises, en ouvrant les travaux du "sommet de crise" réuni à l'Elysée.

"La gravité de la crise nous impose de prendre des décisions", a répété M. Sarkozy, selon le texte de son intervention liminaire publié par l'Elysée, "se réfugier dans l'attentisme, ce serait donner raison à tous ceux qui jouent sur l'impuissance du politique et du syndicalisme pour prospérer".

"On ne peut pas attendre les échéances politiques pour décider", a-t-il insisté en référence au scrutin présidentiel des 22 avril et 6 mai, "est-ce que la vie économique, est-ce que les licenciements s'arrêtent parce qu'il y a des élections, est-ce qu'on devrait s'interdire de réfléchir, de penser et d'agir au motif qu'il y a des élections ?"

Dans ce texte, le chef de l'Etat n'a fait aucune proposition précise aux partenaires sociaux, se contentant d'un diagnostic de la situation et de lancer la réflexion sur le développement de l'industrie, le rôle de la finance et la nécessité de faire obstacle aux délocalisations.

Il a également suggéré des "mesures d'urgence pour protéger l'emploi" en matière d'activité partielle, de formation des chômeurs et de logement, qu'il devrait détailler à l'issue de la réunion.