Borloo demande «un petit cadeau» à Fillon et au gouvernement

© 2011 AFP
— 

Jean-Louis Borloo a surpris mercredi lors de ses voeux en demandant à François Fillon  de lui faire le cadeau de publier enfin les décrets d'application d'une  loi de 2007 pour l'aide à la réinsertion des vieux travailleurs  maghrébins, «les Chibanis», dans leur pays d'origine.

«Puisque  c'est la nouvelle année, j'aimerais bien demander au gouvernement un  petit cadeau. Un cadeau qui me tient très à coeur, si François Fillon  voulait me faire plaisir», a expliqué Jean-Louis Borloo lors de ses voeux devant de nombreux journalistes. L'ancien  ministre de l'Ecologie a demandé au Premier ministre de publier enfin  les décrets d'application d'une loi qu'il avait portée en 2007 et qui,  chose rare, avait été votée à l'unanimité par les deux assemblées.

«Un beau cadeau pour l'honneur de notre pays»

Elle  permet aux vieux migrants étrangers, essentiellement maghrébins,  surnommés Chibanis («anciens» en arabe), bénéficiaires d'une aide au  logement, de l'assurance maladie ou de l'assurance vieillesse, de  percevoir ces aides quel que soit l'endroit où ils résident et notamment  dans leur pays d'origine s'ils souhaitent y retourner pour leur fin de  vie. Mais cette loi n'est pas entrée en vigueur car les décrets  d'application, deux sur le niveau des ressources et un sur la maladie,  n'ont jamais été publiés, a précisé Jean-Louis Borloo qui a découvert le  pot-aux-roses, il y a quelque mois en appelant un directeur de foyers.

«Ils  sont venus en France il y a 35-40 ans pour servir l'industrie  française, ils n'ont pas demandé le bénéfice du regroupement familial,  ils sont pour l'essentiel célibataires, ce sont nos anciens», a expliqué  Jean-Louis Borloo. «Nos Chibanis souhaitent pour la plupart  rentrer au pays. Ils bénéficient pour l'essentiel de l'assurance  vieillesse et de garanties des soins. Mais cette allocation n'est pas  exportable. Alors ils vivent dans des Sonacotra à Marseille ou à Paris.»

«Alors,  si François Fillon avait envie de me faire un cadeau et puis de leur  faire un cadeau et de faire un cadeau à la République, au respect du  vote du parlement, de nos anciens, de ceux qui sont venus aider notre  industrie, il ferait que l'on publie ces décrets d'application. Ce  serait un beau cadeau pour l'honneur de notre pays», a-t-il conclu.