Quotient familial : "démonstration de l'incohérence et de l'impréparation" de Hollande selon Hortefeux

© 2012 AFP

— 

Brice Hortefeux, vice-président du conseil national de l'UMP, a vu mercredi dans l'affaire du quotient familial une démonstration de "l'incohérence, l'impréparation" du candidat socialiste à l'Elysée François Hollande.
Brice Hortefeux, vice-président du conseil national de l'UMP, a vu mercredi dans l'affaire du quotient familial une démonstration de "l'incohérence, l'impréparation" du candidat socialiste à l'Elysée François Hollande. — Lionel Bonaventure afp.com

Brice Hortefeux, vice-président du conseil national de l'UMP, a vu mercredi dans l'affaire du quotient familial une démonstration de "l'incohérence, l'impréparation" du candidat socialiste à l'Elysée François Hollande.

L'eurodéputé a dénoncé sur Europe 1 des "déclarations hallucinantes" remettant en cause un système "qui fonctionne bien", "ancien et qui a fait ses preuves".

Comme on lui objectait les arguments du député de Corrèze sur un avantage favorisant les ménages les plus aisés, M. Hortefeux a répondu qu'il ne s'agissait "pas d'une politique redistributive", mais d'aider à "une démographie dynamique"

"Il y a toujours des améliorations possibles", a-t-il dit, "mais nous avons assisté une nouvelle fois à des déclarations contradictoires, affirmations, contradictions, zigzags, allers-retours".

Selon l'animateur de la cellule riposte de l'UMP, "avec François Hollande et le Parti socialiste, on commence par dire qu'on veut pénaliser les riches et on arrive à pénaliser les classes moyennes".

"Il y a une constante chez François Hollande: considérer qu'on est riche à partir de 4.000 euros", a accusé M. Hortefeux, en allusion à la campagne présidentielle de 2007. Le premier secrétaire du PS avait alors un temps évoqué la remise en cause de baisses d'impôts consenties à ceux qui gagnent plus de 4.000 euros nets par mois.

M. Hortefeux a vu dans cet épisode du quotient familial "une démonstration supplémentaire de l'incohérence, l'impréparation du candidat socialiste".