Législatives: Solère veut une primaire, Guéant répond que ce n'est "pas loyal"

© 2012 AFP

— 

L'élu UMP des Hauts-de-Seine Thierry Solère, rival de Claude Guéant pour l'investiture aux élections législatives à Boulogne-Billancourt, a proposé mardi d'organiser une primaire à droite pour départager les deux candidats.
L'élu UMP des Hauts-de-Seine Thierry Solère, rival de Claude Guéant pour l'investiture aux élections législatives à Boulogne-Billancourt, a proposé mardi d'organiser une primaire à droite pour départager les deux candidats. — Thomas Samson afp.com

L'élu UMP des Hauts-de-Seine Thierry Solère, rival de Claude Guéant pour l'investiture aux législatives à Boulogne-Billancourt, a proposé mardi une primaire à droite pour départager les deux candidats, ce qui n'est "pas complètement loyal" selon le ministre de l'Intérieur.

"J'ai proposé à Claude Guéant d'organiser une primaire. J'attends qu'il me réponde", a-t-il affirmé à l'AFP.

"Il y a des procédures dans le mouvement. Ce n'est pas complètement loyal de proposer une primaire aujourd'hui. Je ne suis pas à armes égales avec Thierry Solère pour une primaire. Mais j'attends d'être mieux connu. Je compte bien faire campagne", lui a répondu Claude Guéant en marge des voeux du Conseil général des Hauts-de-Seine.

"Le parachutage de Claude Guéant est mal perçu par les Boulonnais. Cela ne passe pas. Je reçois tous les jours des retours négatifs d'habitants", a affirmé Thierry Solère, conseiller général et municipal de Boulogne-Billancourt, 40 ans.

"Ils ont l'impression que l'on traverse le périphérique pour aller chercher des voix et que l'on repart ensuite à l'Assemblée nationale. Les électeurs boulonnais ne doivent pas être considérés comme des machines à voix au service d'une formation politique, même la mienne", a-t-il également expliqué.

Vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine, suppléant de Pierre-Christophe Baguet, actuel député de cette circonscription qui cède sa place au ministre de l'Intérieur, Thierry Solère avait vivement critiqué l'arrivée de M. Guéant à Boulogne-Billancourt après l'annonce de sa candidature, une "erreur" selon lui.