Popularité: Sarkozy perd un point, déficit de crédibilité de la gauche, selon l'Ifop

© 2012 AFP

— 

La cote de popularité de Nicolas Sarkozy a baissé d'un point en janvier par rapport à décembre, à 36%, mais cette désaffection ne profite pas à l'opposition, dont la perte de crédibilité se confirme, selon le tableau de bord Paris Match/Ifop rendu public mardi.
La cote de popularité de Nicolas Sarkozy a baissé d'un point en janvier par rapport à décembre, à 36%, mais cette désaffection ne profite pas à l'opposition, dont la perte de crédibilité se confirme, selon le tableau de bord Paris Match/Ifop rendu public mardi. — Johannes Eisele afp.com

La cote de popularité de Nicolas Sarkozy a baissé d'un point en janvier par rapport à décembre, à 36%, mais cette désaffection ne profite pas à l'opposition, dont la perte de crédibilité se confirme, selon le tableau de bord Paris Match/Ifop rendu public ce mardi. A la question: "Approuvez-vous ou désapprouvez-vous l'action de Nicolas Sarkozy comme président de la République ?", 36% des sondés répondent qu'ils l'approuvent (dont 9% "tout à fait", - 2) contre 37% en novembre. Le nombre de personnes qui désapprouvent son action augmente de deux points à 64%.

Les opinions positives "redeviennent minoritaires auprès du coeur de son électorat, les personnes âgées de 65 ans et plus (48%, - 5), et sont en net recul auprès des cadres et professions intellectuelles supérieures (30%, - 13)", relève l'Ifop. Pour l'institut, "le locataire de l'Elysée pâtit ainsi en ce début d'année d'une forte impopularité et marque le pas après une phase moins négative l'automne dernier".

En progression sur la lutte contre l'insécurité

La crédibilité présidentielle progresse nettement pour la lutte contre l'insécurité, approuvée par 50% des personnes interrogées (+ 5) mais chute de quatre points, à 40%, pour ce qui concerne l'action contre la dette et les déficits publics. En outre, le jugement sur l'action de François Fillon devient majoritairement négatif, 51% (soit + 4 points), la désapprouvant alors que 49% (-3) l'appuient.

Par ailleurs, 39% des Français (- 1) pensent que l'opposition ferait mieux que le gouvernement Fillon si elle était au pouvoir, contre 60% (+ 2) d'avis contraire. Sur ce point, 9% seulement répondent "oui, certainement". "La baisse spectaculaire de la crédibilité" de la gauche enregistrée en décembre (- 9) "se confirme", note l'Ifop, qui parle de "désenchantement des Français vis-à-vis de l'action de l'exécutif et des capacités de l'opposition".