Colombes: Rama Yade n'a pas été réinscrite sur les listes électorales

© 2012 AFP

— 

Le tribunal correctionnel de Nanterre a relaxé jeudi l'ex-secrétaire d'Etat Rama Yade dans son procès pour faux, usage de faux et inscription indue sur une liste électorale à Colombes (Hauts-de-Seine), où elle est élue d'opposition.
Le tribunal correctionnel de Nanterre a relaxé jeudi l'ex-secrétaire d'Etat Rama Yade dans son procès pour faux, usage de faux et inscription indue sur une liste électorale à Colombes (Hauts-de-Seine), où elle est élue d'opposition. — Sylvain Thomas AFP

La commission de révision des listes électorales de Colombes (Hauts-de-Seine) a refusé de réinscrire Rama Yade (Parti radical), radiée mi-décembre, d'après l'affichage officiel de ces listes consulté ce mardi par un journaliste de l'AFP. L'ex-secrétaire d'Etat et conseillère municipale d'opposition de Colombes a désormais la possibilité de présenter un recours devant un tribunal d'instance d'ici au 20 janvier. Contactée par l'AFP, elle n'était pas joignable dans l'immédiat.

Sur les panneaux d'affichage de la mairie, la mention "refus commission" figurait près du nom de Rama Yade concernant sa demande d'inscription dans le bureau n°29 de la ville, a constaté un journaliste de l'AFP. "La commission de révision n'a pas été convaincue par le domicile déclaré par Rama Yade et a émis un doute sur le fait qu'il s'agissait bien de son domicile réel", a affirmé à l'AFP le maire (PS) de Colombes Philippe Sarre, qui avait été le premier à émettre des soupçons sur sa domiciliation dans la ville.

Radiation?

La conseillère municipale et régionale, qui veut briguer en juin la circonscription d'Asnières-Colombes-sud, actuellement aux mains du député UMP Manuel Aeschlimann, avait été radiée "d'office" du bureau n°1 le 15 décembre par la commission de révision parce qu'elle ne justifiait pas de son attache avec la ville, selon des documents consultés par l'AFP. Rama Yade avait toutefois nié toute radiation, invoquant un "simple changement de bureau de vote consécutif à un changement d'adresse".

Quelques jours avant sa radiation, cette proche de Jean-Louis Borloo avait engagé les démarches nécessaires pour être inscrite dans un autre bureau de vote de la ville (n°29). La commission de révision des listes électorales de Colombes s'était réunie jeudi soir pour examiner quelque 2.300 dossiers, dont la réinscription de Rama Yade, mais rien n'avait filtré concernant sa décision. Accompagnée d'une dizaine de soutiens locaux, la vice-présidente du Parti radical s'était présentée jeudi soir à proximité de la mairie de Colombes, où se tenait la commission, dans l'espoir d'obtenir des informations. En vain.

Parallèlement à cette décision, une enquête préliminaire avait été ouverte le 22 décembre par le parquet de Nanterre, saisi par le maire de Colombes. Cette enquête, confiée à la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP), doit rendre ses conclusions dans les prochaines semaines, selon une source judiciaire.