Claude Guéant: Le taux de délinquance de la population étrangère «de 2 à 3 fois supérieur»

© 2012 AFP

— 

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a affirmé mardi sur RMC-BFMTV que le taux de délinquance, chez la population étrangère en France, était "de deux à trois fois supérieur" à celui de la délinquance générale.
Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a affirmé mardi sur RMC-BFMTV que le taux de délinquance, chez la population étrangère en France, était "de deux à trois fois supérieur" à celui de la délinquance générale. — Pierre Verdy afp.com

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a affirmé ce mardi sur RMC-BFMTV que le taux de délinquance, chez la population étrangère en France, était «de deux à trois fois supérieur» à celui de la délinquance générale.

«Il y a un taux de délinquance parmi la population étrangère qui est entre deux et trois fois supérieur à la moyenne», a relevé le ministre. «Je fais moi-même faire des études par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (Ondrp) sur le sujet», a poursuivi le ministre.

«Les conclusions en arrivent peu à peu et il apparaît clairement que le taux de la délinquance étrangère est sensiblement supérieur, de deux à trois fois», a-t-il noté. Il s'agit des «chiffres des personnes mises en cause, mais l'orientation est la même» et «il y a une augmentation», a-t-il affirmé.

40% des étrangers ont été mis en cause pour des infractions à la législation sur les étrangers (ILE)

Selon le dernier rapport de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), portant sur 2010, 226.675 étrangers ont été «mis en cause» cette année-là dans les affaires de police et de gendarmerie. Mais 40% l'ont été pour des infractions à la législation sur les étrangers (ILE).

Au total, 137.098 étrangers ont été mis en cause pour des crimes et délits non routiers hors ILE. Cela représente 13% du gros million de personnes ayant eu maille à partir avec les forces de l'ordre cette année-là. Les étrangers représentent environ 6% de la population. Si en 2010 les atteintes aux biens (vols notamment) commises par les étrangers avaient continué à croître, les violences aux personnes leur étant reprochées avaient en revanche diminué de 3,7%.